Nouveautés Prolight+Sound 2017

Coda Audio présente l’APS et le Linus 14

Philippe Pelmelle et à droite Yves Guégan pas peu fiers de leur premier prix, Best Performing New Distributor, premier d’une série qu’on leur souhaite très longue.

Coda Audio dont nous avions découvert avec plaisir le son de l’AiRay l’année passée à Francfort, revient en 2017 avec un stand aussi haut que grand et quelques nouveautés très bien ciblées : un système à courbure constante multi usages, l’APS Arrayable Point Source et deux nouveaux racks d’amplis, le T-Rack et le M-Rack, tous deux embarquant le Linus14, nouveau moteur intelligent à 4 canaux de Coda.

Et pour nous guider à la découverte de ces nouveautés, nous comme les techniciens français qui sont venus au PLS 2017, une grande partie des forces vives de Coda Audio France présente sur le stand de la maison mère allemande a fait le boulot : Philippe Pelmelle son président et Yves Guégan, l’ingénieur technico-commercial grand Ouest et Centre.

SLU : On commence par le Linus 14 ? C’est peu dire qu’il était attendu !

Philippe Pelmelle : C’est l’ampli calibré pour la route, mais aussi l’installation et disposant de l’ensemble des fonctions nécessaires. 2U, bi-voltage automatique et 15 kg, 4 entrées ligne, AES/EBU, Dante, LiNet, 4 canaux de 3500 W sous 4 ohms (et 5200 sous 2 ohms NDR) de puissance en classe D-IC, DSP Shark à 96 kHz avec filtrage IIR et FIR et algorithmes de limitation à fort potentiel et look ahead et enfin 4 ports pour le Comparateur, notre système propriétaire d’asservissement des enceintes de grave équipées du Sensor, bref, rien ne manque d’autant qu’il est pré chargé avec l’ensemble des presets de la gamme d’enceintes Coda Audio, de la plus petite à la plus grosse.

Le Linus 14 dans son M-Rack en bois, là où le T-Rack est en acier.

Il vient compléter le Linus 10 qui est très proche mais stéréo et délivrant 5000 W sous 4 ohms. Le Linus 14 équipe deux nouveaux racks Touring qui sont aussi bi-voltage et qui pour le gros modèle à 3 amplis, Le T-Rack, s’alimente en 32 Tri. Le petit modèle avec un seul ampli 4 canaux s’appelle le M-Rack. Le marché américain s’étant ouvert à Coda, le T-Rack, T pour Touring, devenait indispensable d’autant que les anciens racks n’étaient pas bi-voltage.

Le T-Rack supportant un M-Rack. La plaque de connexion avant est extrêmement claire et bien conçue avec 5 prises par ampli à 4 canaux, toutes différenciées par des couleurs

SLU : Est-ce que vous allez arrêter certains amplis ou racks ?

Philippe Pelmelle : Non, aucun produit n’est arrêté. Les Linus Rack 20 et 40 sont compatibles avec le T-Rack et les amplis 10C et 5C, moins puissants et sans Comparateur, restent aussi au catalogue pour des petites tournées ou pour l’installation.
Le Linus 10C par exemple développe 2500 W sous 4 ohms et dispose d’un DSP. Il lui manque simplement la capacité d’attaquer les gros subs à la fois en termes de puissance et de Comparateur, d’où l’arrivée du 14 qui est calibré pour pousser tous les produits de la gamme sans exception.

SLU : Que pouvez-vous nous dire sur le système APS ?

Philippe Pelmelle : D’abord la signification de ces trois lettres : Arrayable Point Source signifie ligne source à courbure fixe. L’enceinte en elle-même repose sur un montage en double 10” pour le grave et sur le double transducteur 9“ annulaire très connu et apprécié pour le médium et l’aigu, cet ensemble bénéficiant de l’APS-Coupler pour que l’énergie issue de ces 4 transducteurs, ne soit vue que comme une seule source.

Une vue de l’APS sans la grille et la mousse avant et laissant découvrir les formes de l’APS-Coupler. Bien visibles sur les bords latéraux, les deux évents de la charge bass reflex.

Les deux 10” à forte élongation, aimant Néodyme, bobine 3” avec 4 anneaux de démodulation et membrane en fibre de carbone sont à la fois chargés en bass reflex mais à la fois par l’APS-Coupler qui leur apporte 6 dB de gain au-delà de 200 Hz et une bonne directivité jusqu’à 300 Hz. Le moteur DDC quant à lui génère un front d’onde courbe de 20° qui par la suite est exploité horizontalement avec un grand nombre d’ouvertures possibles au choix.

SLU : Il y a beaucoup de versions apparemment…

Philippe Pelmelle : Oui. L’ouverture verticale est 20° et pour l’augmenter, il faut ajouter des boîtes. Horizontalement il existe 3 ouvertures symétriques 120, 90, 60° et 5 asymétriques 105° (45+60), 90° (30+60), 75° (30+45), 100° (60+40) et enfin 100° (40+60). Ce nombre important de versions sera très apprécié par les installateurs qui pourront ainsi optimiser la couverture et réduire d’autant les réflexions.

Deux APS montées sur un pôle solidaire du sub de la gamme, l’APS-Sub.

SLU : Comment sera-t-il possible de changer de directivité horizontale ?

Qui dit directivité variable en Touring dit « merde, je ne me souviens plus… » Coda a pensé à tout, il suffit de regarder une petite fenêtre où apparaît l’information avec une torche, où le flash d’un appareil photo !!

Philippe Pelmelle : A la commande, les têtes seront livrées avec le guide de votre choix inclus dans l’APS-Coupler. Il suffira par la suite de racheter des APS-Couplers, des demi-panneaux, avec d’autres directivités et d’en changer en retirant la face avant.

SLU : A-t-on déjà des specs ?

Yves Guégan : Oui. L’APS est donnée pour 50 Hz à 22 kHz (-6 dB) et le SPL Max est de 137 dB pour les 10” et de 146 dB pour le médium et l’aigu. Chaque tête pèse 27 kg.

SLU : Quelques mots sur l’APS-Sub ?

Yves Guégan : Il s’agit d’un nouveau modèle spécifique équipé d’un simple 18’’ en montage bass reflex. Ce transducteur à aimant céramique et bobine de 4” offre une sensibilité de 98 dB ce qui garantit un SPL Max de 138 dB. Sa réponse en fréquence s’étend jusqu’à 28 Hz à -6 dB. Il peut être posé ou accroché et dispose des fixations nécessaires à recevoir des APS. Il peut être employé en montage cardioïde et ne pèse que 45 kg.

Un stack de 3 APS posées sur un support spécifique appelé LID-APS-SUB qui les maintient en place et est solidaire de l’APS-Sub.

L’APS est passive et 8 ohms, cela permet d’en placer trois en parallèle par canal de Linus 14. L’APS-Sub est aussi 8 ohms et trois peuvent être raccordés en parallèle sur un canal de Linus 14. Comme le ratio est d’une tête par sub, il est possible de constituer une façade plus que sérieuse avec par côté 3 subs et trois têtes, et d’alimenter le tout par un unique Linus 14.

Une fois les APS reliées entre elles via les fixations prévues à cet effet sur chaque tête, l’ensemble est verrouillé sur le LID-APS-SUB. Finies les sangles !

Yves Guégan nous montre la façon d’attacher entre elles les têtes APS.


Le kit de base préconisé par Coda tient sur un seul (et gros) ampli.

Une autre façon d’exploiter l’APS toujours sur un seul Linus 14.

En septembre de cette année une nouvelle version de l’APS viendra compléter celle qu’il convient d’appeler APS20 pour 20° et qui sera l’APS30. On en reparlera à la rentrée quand elle sera confirmée.


SLU : Quels sont les marchés visés par l’APS ?

Philippe Pelmelle : Les petits et moyens espaces entre 3 et 50 mètres en portée, en prestation comme en Touring.

SLU : Est-ce que les premières enceintes ont été livrées et si oui, quel est le prix indicatif d’un kit ?

Philippe Pelmelle : Non, le système APS comme le Linus 14 vont être livrables à la mi-juin. Un kit constitué de deux ensembles complets de 3 têtes APS et de trois subs APS-Sub chacun, d’un contrôleur amplifié Linus 14, des housses et des plateaux, sortira aux alentours de 55 k€. Le Linus 14 reviendra seul à environ 8900 €HT.

Paul Ward, le directeur du markéting et des ventes de Coda Audio félicite Philippe Pelmelle et au travers lui son équipe pour le travail effectué sur le territoire français, et le tout sous les yeux de Svetly Alexandrov le boss de la marque.

Nous quittons le stand Coda au moment où est décerné à Coda Audio France l’award du « Best Performing New Distributor ». Pourtant le champagne a l’air frais et pas avare de bulles bien fines…mais le devoir nous appelle !

Crédits - Texte et Photos : Ludovic Monchat

Laisser un commentaire