Le RoboSpot entre au Cirque Arlette Gruss

Le Cirque Arlette Gruss ne cesse d’innover. Cette année il se produit sous un nouveau chapiteau sans mât interne pour assurer une vue dégagée à tous les spectateurs. Revers de la médaille, Il a fallu déplacer les poursuiteurs qui étaient historiquement accrochés aux mâts.

La solution a été rapidement trouvée par Arthur Oudin, concepteur lumière du spectacle, qui avait déjà utilisé le RoboSpot à l’Olympia pour éclairer Anne Roumanoff. « C’est une chose de connaître un produit grâce à une démo de la marque, cela en est une autre que de l’avoir déjà utilisé, précise Arthur.

Je connaissais vraiment ce produit pour l’avoir essayé en conditions réelles et j’étais convaincu qu’il apporterait la solution idéale à notre problème de poursuite.
Gilbert est un passionné de nouvelles technologies et il nous encourage à être curieux. Je suis toujours en veille pour trouver de nouvelles solutions et le RoboSpot en est une particulièrement intéressante. »

Changer de chapiteau est un Ă©vĂ©nement pour un cirque puisque ce type de renouvellement ne se produit en moyenne que tous les 10 ans. Le cirque Arlette Gruss a optĂ© pour un nouveau chapiteau rĂ©volutionnaire imaginĂ© par Gilbert Gruss, (Directeur du Cirque) et Julien L’homme (directeur technique) qui ne dispose d’aucun mat intĂ©rieur. Cela permet d’assurer une vue dĂ©gagĂ©e Ă  tous les spectateurs.

Vincent Bouquet du service technique Robe s’est déplacé à Strasbourg, où le cirque était implanté, pour une journée d’essais du RoboSpot. Instantanément les poursuiteurs se sont sentis à l’aise avec le système. « Ils s’en sortent très bien, précise-t-il, à tel point qu’on n’y a vu que du feu. Ils utilisent les presets de position qui combinent les avantages de l’automatique et de l’humain.
On rappelle une position préétablie pour être sûr de tomber parfaitement juste en allumant et le technicien prend ensuite la main pour le suivi du sujet en live. Bien sûr j’étais là pour la première mais depuis ils l’utilisent seuls et je ne reçois que des éloges du produit. »

Placés sous les gradins, les poursuiteurs bénéficient d’un confort de travail qu’ils n’avaient jamais connu. Surtout l’été, les températures sont insoutenables à plus de 10 mètres de hauteur sous le chapiteau. » Mais Arthur préfère souligner un autre avantage : « Ce n’est pas rien de faire la poursuite à cette hauteur pendant des heures tous les soirs. Je suis content de savoir que l’équipe va gagner en confort mais aussi et surtout en sécurité. »

Le système de poursuite utilise ici 2 RoboSpot BaseStation, reliées à deux BMFL Spot, chacun équipé de sa RoboSpot Camera, positionnée juste à côté du projecteur.
Arthur imagine déjà la suite avec ce système. « La dernière évolution du Software qui permet de faire du multipoint nous donne la possibilité d’aller encore plus loin.
On peut imaginer que les BMFL et les Pointe utilisés pour le show et placés à différents endroits du grill soient parfois contrôlés simultanément par un poursuiteur. » Le cirque n’a donc pas fini de se réinventer.

Plus d’infos sur le site Robe

 

Crédits - Texte : Robe France – Photos Arthur Oudin

Laisser un commentaire