Luminex aiguilleur du Net. Voyage en Première Classe

La compagnie Luminex, a su imposer ses nodes et ses switches manageables dans les carnets de bord des prestataires et installateurs. N’arrêtant jamais sa recherche de qualité et de fiabilité, elle profite de ce début d’année 2018 pour peaufiner encore plus ses appareils.

Voyage en compagnie de Fabrice Gosnet, chef de gare Luminex

À la station du Prolight+Sound, deux nouveaux hardwares, le RPSU 400 et le Lumisplit 2.10 EtherCon, un nouveaux Offline Editor, pour préparer toutes ses configurations à l’avance, et une version avancée du LumiNet Monitor font leur tour de piste.

Offline Editor

Enfin ! Celui qu’on n’osait plus attendre est enfin arrivé. Un éditeur Offline pour préparer toutes ses configurations à l’avance, aussi bien pour les nodes que pour les switches.
On retrouve toute la logique Luminex dans l’application Offline Editor Mac et PC, comme la gestion globale de ses groupes réseaux par défaut, qui s’appliqueront ensuite à tous les profils de Gigacore.

Le soft permet de préparer tous ses réglages de ports Ethernet, ou de sorties DMX pour les convertisseurs, d’affecter ses adresses IP, et ceci par unités ou par lots. De nouveaux outils sont maintenant disponibles pour copier et charger très rapidement les différents profils. L’énorme avantage est d’avoir une interface entièrement revue, très didactique, avec un cheminement clair et précis. Pour faire simple, le soft prend pratiquement l’utilisateur par la main en le guidant à travers tous les ajustements.
Le soft est en téléchargement gratuit accompagné de nombreux tutoriels vidéo (Lien ici).

RPSU 400

Le RPSU, ici le deuxième appareil en partant du haut, se branche sur les ports d’alimentation des Gigacore. Trois voyants de contrôle ornent sa face avant.

Les installations fixes les plus importantes en réseaux demandent une redondance parfaite, c’est-à-dire des voies de secours en cas de défaillances des organes principaux.
Les switches Ethernet Gigacore 26i et 26iPOE gèrent naturellement une redondance de signal, à condition que l’administrateur ait conçu son schéma de câblages dans ce sens.
En cas de rupture d’une des fibres ou liaison Ethernet, le signal basculera automatiquement sur un autre chemin (pour simplifier).

Le dernier point potentiellement sensible concernait leur module d’alimentation. C’est maintenant résolu avec le RPSU 400. Cette unité de secours permet de compenser les alimentations principales et POE des Gigacore en cas de défaillance. Avec 400 W de puissance, un RPSU 400 peut surveiller et intervenir automatiquement en cas de coupure d’un lot de 3 Gigacore, pour répondre à une demande de plus en plus fréquente dans les appels d’offres.

LumiSplit 2.10 Ethercon

Force est de reconnaître que le câblage DMX n’est plus recommandé dans les murs des nouvelles salles de spectacle ou d’événementiel. Les intégrateurs lui préfèrent le RJ45, moins cher et plus polyvalent, quitte à utiliser des adaptateurs à chaque extrémité pour les consoles et projecteurs traditionnels.
Dans cet esprit, un splitter DMX avec des connecteurs EtherCon RJ45 vient d’être lancé par Luminex. Ce LumiSplit 2.10 EtherCon reprend toutes les fonctions du LumiSplit 2.10 DMX, sorti il y a un an.

La face avant du LumiSplit 2.10 accueille, quelle coïncidence (!), 2 entrées et 10 sorties.

Ce splitter possède deux entrées différentes, librement affectables aux sorties. Il peut être aussi utilisé en tant que régénérateur DMX, (avec sorties opto-découplées), Mergeur (les deux signaux pourront être mélangés soit en mode HTP, soit en mode LTP) ou en Back-Up, (la deuxième entrée prendra alors le relais de la première en cas de souci).
Grâce à sa compatibilité RDM, il peut être surveillé et configuré par un contrôleur RDM. Cependant, pour bénéficier de toutes les fonctions avancées, il est préférable d’associer le logiciel LumiNet Monitor, disponible pour PC et Mac, à un convertisseur Ethernet-DMX Luminex, et à un LumiSplit en dernière version de firmware 5.0.

Parmi toutes les fonctionnalités, qui survolent largement les simples splitters, on peut signaler dans le désordre l’identification, le blocage ou déblocage à distance, un « dark » mode, le choix des modes d’utilisation, l’enregistrement de profils de configurations, la mise à jour par RDM ou encore le contrôle de l’alimentation et de la température de fonctionnement.
Il offre également des filtres RDM à chaque entrée et sortie pour ne pas perturber les projecteurs non RDM. Dernier atout, et non des moindres, le LumiSplit peut vous indiquer sur quels ports sont branchés vos projecteurs. Idéal pour le dépannage.

LumiNet monitor 2.2.0

Comme indiqué précédemment, le software LumiNet Monitor est l’un des outils de gestion réseau les plus utiles. Il se révèle rapidement indispensable en management des produits Luminex. La version 2.2.0 amène son petit lot de nouveautés, dix mois après la version 1.6.4.
Les projecteurs et convertisseurs RDM sont repérés et montrent leurs infos de façon visible: un plus lorsque plusieurs contrôleurs RDM sont sur le réseau. Un petit indicateur montre ceux déjà patchés, et affiche un accusé de réception lors des changements.

La fenêtre RDM avancé, avec les nouveaux tags d’identification.

Dans le mĂŞme esprit, un ID propre au logiciel permet d’identifier les projecteurs, pour les faire correspondre au plan de feu. Une fenĂŞtre de monitoring permet de suivre en temps rĂ©el l’utilisation de la bande passante et les regroupements de liens, c’est la fonction MultiLinkX, ou Link Aggregation. Le logiciel adapte son contenu et ses options d’affichage en fonction de trois utilisations : Audio, Lumière ou Custom.

Une liste de profils permettra de gérer les réglages des Switches et Nodes, pour les enregistrer, les copier ou les charger à la volée. Enfin, une nouvelle possibilité permettra de mettre plusieurs appareils à jour en même temps. La liste complète des nouvelles fonctionnalités sera dévoilée au moment de la sortie du logiciel, prévu ces jours-ci.

Plus d’infos
Pour le marché lumière sur le site Sonoss
Pour le marché Audio sur le site Audiopole
et sur le site Luminex

Crédits - Texte & Photos : Tristan Szylobryt

Laisser un commentaire