APG se place en procédure de sauvegarde pour assurer son développement

Le regretté Bashung en a fait l’un de ses plus gros tubes. Ma petite entreprise, connaît pas la crise…Disons qu’elle sait faire le nécessaire pour passer un cap difficile et c’est précisément ce que réalise en ce moment APG, un des pionniers du son pro en France, sous la direction de son PDG Régis Cazin qui a accepté bien volontiers de faire avec nous un point exhaustif et positif, un bon remède contre la mauvaise rumeur.

SLU : Régis, peux-tu nous expliquer comment va APG ?

Régis Cazin (PDG d’Active Audio et APG) : Le 11 avril 2017, APG s’est volontairement placée en procédure de sauvegarde, afin de permettre à l’entreprise de poursuivre ses opérations dans les meilleures conditions. Il s’agit d’une décision de gestion prise par le comité stratégique du groupe, en accord avec les actionnaires.

Régis Cazin (PDG d’Active Audio et APG)

Cette procédure est limitée dans le temps, généralement 6 mois, et ne s’applique qu’à APG à l’exclusion d’Active Audio. Elle est accompagnée d’un plan validé par le tribunal de commerce qui va permettre à APG de retrouver un équilibre financier, sans le poids de certaines dettes accumulées lors des exercices précédents, et ce dès la fin 2017. Cette période de transition a d’ailleurs été envisagée lorsqu’Active Audio a opéré son rapprochement stratégique avec APG en mars 2016.
Plus simplement on peut définir la procédure de sauvegarde comme le mode de financement d’une réorganisation en étalant les dettes sur une période assez brève mais suffisante pour apporter la bouffée d’oxygène nécessaire à passer le cap. Ainsi APG peut fonctionner plus sereinement, mener à bien sur des bases saines les investissements clés liés à sa stratégie de développement, tout en conservant la confiance de ses partenaires, clients et fournisseurs.

L’image d’une enceinte qui a marqué les débuts d’APG, la MB2 et que l’on retrouve encore dans certaines MJC en side. Puissante, passive ou biamplifiée et processée (oui oui !) elle n’avait qu’un léger défaut, pas si léger d’ailleurs comme ses congénères : 72 kg sur la balance…

SLU : A quoi est dû ce passage à vide?

Régis Cazin : Paradoxalement, cette procédure de sauvegarde n’est pas représentative de la santé actuelle d’APG. Pour faire un bref rappel historique, APG est né en 1978 et au début des années 2000 a été repris par ses salariés dirigeants lors des difficultés du groupe Guillard Musique à qui il appartenait.
Depuis lors la société a bien marché avec une croissance et des résultats raisonnables et réguliers. En 2013, APG a vu sa politique de développement redéfinie afin de l’accélérer ce qui a nécessité la prise d’un certain nombre de risques qui ont fait augmenter les charges et baisser les marges.
La distribution a aussi connu des changements en favorisant les grands clients, changements qui ne se sont pas révélés payants. La conjonction de ces trois éléments a conduit à des pertes qui ont été en partie épongées par l’équipe d’APG mais insuffisamment pour retrouver un exercice à l’équilibre.

Régis Cazin et Grégory Dapsanse lors de l’annonce de la prise de participation d’Active Audio dans le capital d’APG.

C’est le moment où j’ai rencontré Grégory Dapsanse, et après avoir compris à quel point l’image de l’entreprise est bonne, les produits excellents, et l’Uniline Compact un produit à très fort potentiel, je me suis engagé le 30 mars 2016, accompagné par la cession des parts de Bruno Garros pour un prix symbolique.
J’ai continué à remettre de l’ordre dans l’entreprise et j’ai investi dans le commercial, mais l’inertie nécessaire au retour à l’équilibre et les moyens somme toute limités d’Active Audio pour financer cette remise sur pied d’APG, nous ont conduits à opter pour la procédure de sauvegarde.
Je garde à cet effet la gouvernance de l’entreprise et donc la main sur les décisions importantes, et au vu des résultats actuels ainsi que des projets en cours et des prévisions commerciales, je suis très confiant quant au succès de l’opération.

Sainte Bernadette de Lourdes, une acoustique délicate traitée en Uniline. Une des belles installations réalisées récemment en APG.

SLU : Comment est l’activité actuelle ? Une procédure de sauvegarde n’est acceptée que si le carnet de commande et les perspectives sont bonnes.

Rodolphe Portet

Régis Cazin : Et que la société dispose d’une trésorerie suffisante ! Le premier semestre 2017 d’APG est le meilleur que l’entreprise ait connu depuis 3 ans et le carnet de commandes est en nette augmentation depuis plusieurs mois grâce aussi à l’embauche en début d’année de Rodolphe Portet qui fait du très bon travail pour remonter les ventes dans le sud de la France, je pense à SwitchOn Group à Nice ou à Distri Scènes à Aix, mais qui est aussi en mesure de trouver des solutions techniques. On tient à ce que nos forces de ventes aient des compétences techniques approfondies.
Des contrats majeurs viennent d’être signés en France et à l’export grâce notamment au succès croissant de l’Uniline Compact. APG compte désormais sur une rentabilité continue et notre travail protège et consolide ses ressources afin de financer les projets clés prévus initialement dans le rapprochement stratégique des deux sociétés, entre autres le déménagement de la partie industrielle d’APG à Nantes : il sera effectif d’ici juillet 2017 et permettra aux deux marques de renforcer les synergies de production. On aura notamment une ligne de fabrication commune, un stock qui alimentera les deux marques et une R&D commune ce qui bénéficiera aux deux sociétés.

Grégory Dapsanse nous explique par le détail la petite coaxiale MX0.

SLU : Tout le monde part à Nantes ?

Régis Cazin : Non, quelques rares collaborateurs nous quitteront et seront en partie remplacés, et les équipes commerciales et marketing d’APG resteront en région parisienne, probablement à Villepinte. Enfin et en accord avec notre stratégie de rapprochement des deux sociétés, les réseaux de distribution et les forces de vente d’Active Audio et d’APG vont rester séparés et indépendants.

SLU : Quelles sont les nouveautés à venir chez APG, pour celles que l’on peut dévoiler…

Régis Cazin : Si tout se passe bien, nous allons sortir au cours de l’été une nouvelle version de notre soft d’interface de nos processeurs qui va être compatible multi plateformes, mac PC, tablettes ce qui est un petit tour de force. Ce soft est le premier exemple de la collaboration entre les ingénieurs d’Active Audio et d’APG. On travaille aussi sur un nouveau produit qui va très bien compléter notre gamme d’enceintes et qui devrait voir le jour début 2018. Nous avons défini un plan de développement de nouveaux produits d’installation avec la R&D. On va renouveler toutes nos gammes. Nous avons aussi d’autres nouveautés à venir mais tu me permettras de ne pas en parler encore.

Un éclaté du moteur Isotop ou comment faire cohabiter de la membrane et un dôme de façon coaxiale ce qui est bénéfique en termes de distorsion, phase et SPL.

SLU : APG dispose donc de la matière grise capable de lui permettre de continuer la marche en avant technologique imposée par le marché et vos concurrents ?

Régis Cazin : Je le pense sincèrement, d’autant que si l’on regarde quelles sont les innovations que l’on retrouve dans le domaine de l’audio pro, la maîtrise de la directivité est un domaine où APG comme Active Audio excellent. APG maîtrise les guides d’ondes et le traitement du signal qui est devenu une des clés de la réussite dans l’audio pro, n’a pas de secrets chez Active Audio.

Le rack touring d’APG avec 4 amplis Powersoft SA30:2 et le processeur DMS48 en rack séparé

Pour l’amplification et le processing nous travaillons avec Linea Research et Powersoft, et ce sont nos clients qui choisissent. Bien entendu quand on travaille en basse impédance, Powersoft est dur à battre.

SLU : L’Uniline Compact est votre champion actuel…

Régis Cazin : Oui absolument. Cette enceinte offre une pression très importante, une homogénéité de couverture et une très large bande passante pour sa taille et cela à un prix très acceptable ce qui fait son succès. Sa polyvalence et sa modularité sont aussi saluées.

L’UC206n, mais appelez-la Uniline Compact, ici la version à plus longue portée et donc ouvrant à 70° en horizontal. Une tête trois voies dont deux actives et deux 6,5” pour le grave entourant un moteur Isotop de 15° en vertical.

SLU : Où allez-vous chercher vos transducteurs ?

Régis Cazin : On travaille encore beaucoup avec PHL tout en étant devenu pragmatique. On n’hésite pas à tester les grandes marques, 3 ou 4 HP, et on prend le meilleur, ce qui fait que ce ne sont pas toujours les mêmes qui gagnent.
Du coup on a du B&C, du Beyma, du BMS et de l’Eighteen Sound en plus de PHL.


SLU : Comment se répartit le marché entre Active Audio et APG ?

Régis Cazin : Active est orienté sur les petites puissances là où APG couvre les grandes. Si l’on cible 95 dBA, des messages vocaux ou de la musique d’ambiance, on est dans le territoire d’Active Audio. Si on veut du son live avec une très forte dynamique et des niveaux sonores très élevés, pour des shows, des stades ou pour des clubs, le choix logique est APG. On couvre l’ensemble du marché sachant que nos clients sont les mêmes et ont ainsi une réponse efficace et ciblée.

SLU : Régis, on te laisse le mot de la fin après ce large tour d’horizon.

Régis Cazin : Cela fait tout juste un an que j’ai pris les rênes d’APG et je suis VRAIMENT très heureux de l’image et de la confiance qu’APG a su garder auprès de ses clients historiques, un tissu de petites et moyennes sociétés sur lesquelles on veut s’appuyer aujourd’hui dans une notion de partenariat.
Ces structures à taille humaine ont plus de liberté et de réactivité et apprécient nos produits qui leur correspondent mieux. Leur fidélité me rend très optimiste pour le futur. APG dispose d’une équipe brillante et motivée, de produits de qualité et d’un très bel outil industriel qui, avec la nouvelle organisation qui se met en place, me rendent très optimiste pour le futur.

Profitons enfin de cette colonne ouverte avec Régis pour parler des nouvelles adjonctions à la gamme que le constructeur français présentait à Francfort le mois dernier et qui sont d’ores et déjà en production pour une disponibilité commerciale quasi-immédiate.

Le secret de la double charge efficace et somme toute ramassée d’APG.

Il s’agit de deux subs, les SB112 et SB118, mono 12 et 18’’ comme leur référence l’implique, qui utilisent une charge de type passe-bande acoustique, nommée double chambre interactive chez APG. Cette structure, comme tout passe-bande procure un gain d’efficacité, ici 3 dB, par rapport à une charge de type bass-reflex tout en permettant de gagner sur le volume global et donc les dimensions et le poids et en préservant des attaques « punchy ».
En outre on contrôle mieux l’excursion du transducteur (et la distorsion) mais il est conseillé comme le constructeur l’indique d’utiliser les processeurs (amplifiés ou non) d’APG et les presets dédiés.

Le SB118 (en bas) qui accompagnera parfaitement l’Uniline Compact.

Le SB112, avec son 12” (bobine 3”) à moteur ferrite 8 ohms permet, dans un volume de 340 x 490 x 540 mm, d’atteindre un niveau SPL max de 129 dB (peut-être + 6 dB en crête) pour une puissance AES admissible de 600 W tout en descendant à 45 Hz (- 3 dB). Performances qui le destinent à l’association avec les enceintes MX et DX de la gamme pour des petits lieux de concert ou encore aux petits clubs, bars et autres salles de conférence.
Le SB118, même charge avec son 18” Néodyme à bobine 3” (toujours en 8 ohms), affiche une puissance AES admissible de 1200 W qui l’amène à un niveau SPL max de 134 dB et une coupure basse à – 3 dB de 29 Hz. Pour de telles performances, son volume reste compact : 506 x 760 x 740 mm.
Son rôle est plus particulièrement de compléter l’Uniline Compact pour le registre infra-grave mais il est parfaitement adapté aux applications style discothèque, salles de concert avec bien entendu des presets fournis par APG pour différentes topologies (subs en réseau linéaire ou en arc, configurations cardio, etc.).

La nouvelle gamme SB consistant en trois modèles – SB112, SB115-M2 et SB118 présentée au PL+S 2017

D’autres information sur le site APG

Crédits -

Ludovic Monchat

Laisser un commentaire