ChamSys QuickQ Series, la lumière en un claquement de doigts

Tel le David Anglais contre le Goliath Allemand, une console bleue s’impose de plus en plus dans des rĂ©gies lumiĂšre souvent monochromes. ChamSys, et c’est sa force, compte sur ses aficionados pour chanter les vertus de sa gamme MagicQ.

La surmontĂ©e d’une Remote par tablette et accompagnĂ©e par le visualiseur MagicVis. En cas de doute, suivre les liserĂ©s bleus !

En France les ligtheux du Grand Ouest, chauffĂ©s par Nico Riot* et Cyssous**, une grosse poignĂ©e de Lyonnais Ă©paulĂ©s par les prestataires locaux, ou encore l’opĂ©rateur parisien Andreas Monchaueur*** recommandent son ergonomie hĂ©ritĂ©e de la Hog. Faite PAR et POUR les Ă©clairagistes. Tous associent sa rapiditĂ© d’exĂ©cution aux nombreuses astuces d’encodage dĂ©barrassĂ©es des options superfĂ©tatoires rencontrĂ©es par ailleurs.

*Nico Riot est le fondateur du collectif Chirac Design (Gojira, Ultra-Vomit, Marilyn Manson, Deftones)
**Cyrille ‘Cyssous’ Dupont est l’éclairagiste de FFF, Yousoupha, Pleymo et derniĂšrement Kerry James
***Andreas ‘Monsch’ Monchaueur est le formateur recommandĂ© par Sonoss, distributeur officiel de la marque ChamSys en France.


Au-delĂ  de nos monts et de nos vaux, elle accompagne souvent la jeune garde des lighting designers Rock et Electro US. La MQ 500 Stadium, le summum technologique de la marque qui vient de dĂ©passer les 500 unitĂ©s vendues, bĂ©nĂ©ficie il est vrai d’un tarif relativement abordable autour de 25 000 €, permettant de gĂ©nĂ©rer 200 univers DMX dans sa version 2 !
ChamSys n’oublie cependant jamais ses racines. Tous ceux dont les besoins ne vont pas forcĂ©ment de pair avec un budget extensible, et pourtant dĂ©sireux d’accĂ©der Ă  la philosophie MagicQ. Alors a surgi une nouvelle gamme, abordable en prix, de consoles Ă  la prise en main quasi immĂ©diate, faites pour complĂ©menter les parcs techniques, les clubs, certaines salles d’accueil ou Ă  prendre dans sa valise ; voici la sĂ©rie QuickQ.

Les tablettes de la foi

Trois consoles forment l’arc QuickQ, dont la QuickQ 10 reprĂ©sente le versant le plus simple d’accĂšs et les Q 20 et Q 40 les dĂ©clinaisons les plus complĂštes. Elles se prĂ©sentent dans un format rectangulaire, la partie gauche dĂ©diĂ©e aux faders, la partie droite se sĂ©pare entre l’écran de programmation et les tranches de playback. Hormis les encodeurs et une demi-douzaine de boutons spĂ©cifiques, tout l’encodage s’effectue par l’écran.

L’écran par dĂ©faut des QuickQ, avec les touches d’enregistrement en haut, les presets, la vue et sĂ©lection des projecteurs puis les affectations de fader tout en bas.

Toutes bĂ©nĂ©ficient d’une interface inspirĂ©e des logiciels pour smartphone. Les boutons Home, Settings et Back familiariseront les utilisateurs dĂ©butants. Sur l’écran couleur de 9,7” les menus sont clairs, dĂ©taillĂ©s, avec des visuels et des menus graphiques instinctifs pour tout utilisateur, y compris ceux n’ayant aucune connaissance en DMX ou en programmation lumiĂšre.

Ce choix est renforcĂ© par la passerelle Wi-Fi intĂ©grĂ©e pour connecter quasi instantanĂ©ment une tablette sous iOS ou Android. AprĂšs tĂ©lĂ©chargement de l’appli Remote QuickQ, une page dotĂ©e d’un grand QRCode, disponible sur la console, permet la mise en rĂ©seau avec la tablette. DĂšs lors, le pupitreur bĂ©nĂ©ficie d’une deuxiĂšme surface de contrĂŽle identique Ă  celle de la console, facilement transportable pour rĂ©gler ses projecteurs Ă  distance.

Le gĂ©nial menu d’appairage en QR Code. Une fois scannĂ© par la tablette, la connexion est immĂ©diate.

Il peut aussi bloquer sur cet Ă©cran une fenĂȘtre ‘Execute’ qui prĂ©sentera un rĂ©pertoire de mĂ©moires Ă  exĂ©cuter, pour ne laisser Ă  un tiers que la partie restitution de la console. En bonus, une glissiĂšre permet d’accrocher sa tablette directement sur la console. Easy.

Bien sĂ»r, que ce soit sur la console ou la tablette, les “gestures multi-touch” permettent un gain de temps considĂ©rable. Outre les zoom et dĂ©filement, des onglets rĂ©tractables se dĂ©plient pour accĂ©der facilement au rĂ©glage de chaque paramĂštre. Chaque fonction des projecteurs est reprĂ©sentĂ©e par de larges icones dans les vues de presets. Les contrĂŽles de base sont toujours accessibles, tout comme un panel d’effets prĂ©dĂ©finis adaptĂ©s Ă  chaque famille de presets. Les positions bĂ©nĂ©ficient d’un trackpad virtuel, la colorimĂ©trie d’un Colour Picker, de librairies de gĂ©latines et de rĂ©glages par fader.
DerriĂšre ces reprĂ©sentations que certains jugeraient enfantines, se cache au contraire la force de ChamSys. Distribuer le mĂȘme noyau de programmation, le Corpus ChamSys, entre les MagicQ et les QuickQ dans une enveloppe simplifiant au maximum les processus d’encodage. MalgrĂ© une version qui n’offre pas encore tout son potentiel, les touches Locate, les options de Fan, le tape-time et les rĂ©glages de vitesse et taille d’effets participent Ă  ce souci constant de ludicitĂ©.

La vue des presets de position avec le Widget du tilt déplié sur la droite. Les effets se sélectionnent dans le menu idoine, entre le trackpad et les presets prédéfinis.

S’ajoute au Colour Picker et ses tirettes virtuelles d’ajustement, plusieurs collections de gĂ©latines et d’effets dĂ©diĂ©s. Pour dĂ©buter sans rĂ©flĂ©chir, la palette de couleurs propose dĂ©jĂ  les dix teintes universelles.

L’ergonomie visuelle s’empare des presets de beam. Examen rĂ©ussi avec cette prĂ©sentation parfaite de l’Iris et du zoom, les images des gobos et toutes les sous-fonctions en accĂšs direct (shake, strobe etc.).

Pour ChamSys le pupitreur ne devrait pas s’abriter derriĂšre une complexitĂ© de programmation pour justifier la crĂ©ation de tableaux lumiĂšre, et le constructeur y attache une attention primordiale. Bien sĂ»r, interface “ludique“ ne veut pas dire interface “pauvre“. Pour preuve, l’utilisateur peut dĂšs Ă  prĂ©sent l’explorer en tĂ©lĂ©chargeant sur son PC Windows ou Mac le software offline QuickQ Designer V1.2 par le lien ici. Celui-ci est bien entendu commun aux trois consoles.

Cette version est sortie au moment oĂč nous Ă©crivons ces lignes. Elle intĂšgre les sacro-saintes macros d’allumage, reset et extinction de lampe, ou le dĂ©ploiement d’effets par groupes (Spread). D’autres amĂ©liorations sont prĂ©vues, dont les updates de mĂ©moires ou des banques d’effets dĂ©diĂ©es au pixel mapping par exemple.
Pour mettre Ă  jour les consoles, il suffit de rĂ©cupĂ©rer le fichier d’installation QuickQ Console V1.2 sur une clef USB. Cette mĂ©thode fonctionne pour ‘upgrader’ ou ‘downgrader’ sans limitation. Les autres logiciels ChamSys sont disponibles ici

Le visualiseur MagicVis, tout comme QuickQ, est prĂ©vu pour fonctionner en rĂ©seau avec les gammes QuickQ grĂące au port Ethernet ou au Wifi de la console. Il faut logiquement prĂ©voir un ordinateur avec suffisamment de ressources, dont une carte vidĂ©o dĂ©diĂ©e NVidia ou ATI Radeon. DerniĂšre bonne nouvelle, les shows MagicQ sont compatibles QuickQ, et inversement ! Hormis les fonctions avancĂ©es, l’intĂ©gralitĂ© des sauvegardes sera lisible quels qu’en soient le support et la console.

Des faders et des hommes

Si la sĂ©lection des projecteurs ou des groupes s’effectue facilement grĂące au layout de reprĂ©sentation gĂ©ographique 2D, il est tout aussi facile d’utiliser les faders de la partie gauche de la console, les ‘Fixture Fader’. Ceux-ci remplissent trois fonctions distinctes, la commutation s’effectuant Ă  l’aide d’une des touches ‘Mode’.

Le layout permet de placer les projecteurs dans un espace virtuel pour les sĂ©lectionner ou visualiser leur intensitĂ©, puis par la suite de bĂ©nĂ©ficier d’un pixel mapping rapide.

Le mode Fixture (FIX) permet d’utiliser les faders comme niveaux d’intensitĂ© pour chaque projecteur patchĂ© dans la console. Le bouton situĂ© sous les tirettes s’utilise pour sĂ©lectionner le projecteur, tandis que le voyant du dessus passe en couleur verte pour signaler ce mode de travail. Un nouvel appui sur la touche FIX change de banque de projecteur, si leur nombre dĂ©passe celui des faders prĂ©sents sur la console.

Le mode Groupe (GRP) fonctionne Ă  l’identique mais avec les groupes de projecteurs prĂ©dĂ©finis et des voyants passant Ă  l’orange. Dans ces deux cas, une fois les valeurs de dimmer choisies, la mĂ©morisation du ‘look’ de sortie est immĂ©diate. Il suffit de presser la touche rouge d’enregistrement puis choisir une mĂ©moire disponible Ă  l’aide de la troisiĂšme touche.
Le mode Cue (CUE) permet de basculer les faders en banques de scĂšnes, avec des leds bleues sur les voyants. Une scĂšne se compose soit d’une mĂ©moire unique, soit d’un effet. La prioritĂ© est gĂ©rĂ©e automatiquement, HTP pour les paramĂštres de dimmer, LTP pour tous les autres.

Sur l’écran est reprĂ©sentĂ© le niveau de chaque fader, ainsi que le projecteur associĂ©. La touche ‘Record’ est situĂ©e Ă  droite de la touche ‘Clear / Restore’.

Comme les faders ne sont pas motorisĂ©s, le passage d’un mode Ă  l’autre demande au pupitreur de rejoindre manuellement le niveau prĂ©cĂ©dent pour pouvoir le modifier. Pour les sĂ©quences plus complexes, Ă  plusieurs mĂ©moires empilĂ©es, ce sont les ‘faders playback’ de la partie droite de la console qui prennent le relais. Ceux-ci fonctionnent soit comme des Cue Lists (mode Theater), soit comme des Chasers (Chase).

Le bouton sous le fader est un flash. Au-dessus, sur l’écran, apparaĂźt une case avec les informations dĂ©diĂ©es Ă  la Cue List. Un appui court la sĂ©lectionne, pour pouvoir utiliser les boutons Play et Pause situĂ©s Ă  cĂŽtĂ© du GrandMaster. Un appui long donne l’accĂšs aux paramĂštres de temps et aux diffĂ©rents pas contenus dans la sĂ©quence, pour les organiser suivant leur propre Time Line.

Des consoles de caractĂšre

Il convient ici de noter une diffĂ©rence fondamentale entre la QuickQ 10 et les QuickQ 20 et 30. La premiĂšre est prĂ©vue pour remplacer les petites consoles traditionnelles. Elle est limitĂ©e aux gradateurs et projecteurs simples Ă  led. Sa partie Playback est composĂ©e d’un seul fader de sĂ©quence, plus deux pour les Chases ; le programmeur est uniquement tactile.
Les QuickQ 20 et 30 sont capables de gĂ©rer tout type d’asservis, et possĂšdent un grand nombre de Playbacks ainsi que des fonctionnalitĂ©s de time code et Midi. Quatre encodeurs de programmation ceinturent l’écran. Ces trois consoles partagent cependant le mĂȘme show et des caractĂ©ristiques communes.

En premier lieu, le Colour Control Area, une zone d’encodeurs et boutons dĂ©diĂ©s au contrĂŽle de la colorimĂ©trie en mix couleur HSV (Hue Saturation Value), soit le choix d’une teinte et sa puissance. Les touches FADE et SNAP gĂšrent les transitions entre couleurs.

Un zeste plus technique, les diffĂ©rents menus de configuration de show sont aussi accessibles que comprĂ©hensibles. Le Patch, parfaitement lisible, fournit un paramĂ©trage simple des projecteurs du show, avec une option d’auto-patch par RDM (patch automatique des adresses et modes DMX des projecteurs depuis la console, ou l’inverse).

Le patch bĂ©nĂ©ficie des librairies de la MagicQ, soit un catalogue de plus de 24 000 types de projecteurs, mais aussi d’un patch automatique par RDM.

Les configurations de réseau, wifi et langues sont regroupées dans le menu Settings, tandis que File permet de gérer ses sauvegardes.

Enfin la fenĂȘtre Output affiche en temps rĂ©el les niveaux de sortie des projecteurs par canaux DMX.

Par univers, les paramÚtres de projecteurs sont exprimés en pourcentage.

Les premiĂšres ventes rĂ©alisĂ©es Ă  l’étranger, en particulier aux Etats-Unis, montrent l’énorme potentiel des QuickQ. ChamSys semble gagner son pari d’une console ultra-abordable Ă  la manipulation quasi-instinctive. MĂȘme si la clientĂšle visĂ©e n’est pas un public averti, beaucoup de prestataires et de techniciens s’y intĂ©ressent avec raison.

DerriĂšre l’intuitivitĂ© impressionnante de la console et son interface visuelle se cache ainsi un Ă©norme travail d’ergonomie, une des clefs du succĂšs de ChamSys depuis ses dĂ©buts. Une rĂ©ussite qui prĂ©pare un bel avenir aux futures consoles ChamSys, et surtout aux futurs utilisateurs en bleu.

En France, ces consoles sont maintenant disponibles chez Sonoss, et les premiĂšres livraisons sont en train d’ĂȘtre effectuĂ©s auprĂšs des prestataires.

  • Q 10 : 1.640 € HT public – Q 20 : 2.450 € HT public – Q 30 : 3.270 € HT public

Plus d’infos sur le site Sonoss et sur le site ChamSys

Et pour télécharger le software offline QuickQ Designer V1.2


Caractéristiques communes aux consoles QuickQ

Fixture Fader
Cue Stack Fader
Selected Pause and Play button
GrandMaster and Blackout
Fader Mode button
Colour Control Area

2 ports USB
1 port RJ45 IP Class A.
RĂ©seau sACN, ArtNet et Pathport
RĂ©seau software off line QuickQ et visualiseur MagicVis
1 sortie HDMI pour Ă©cran externe 1920 x 1080 HDMI
Entrée et sortie Audio, Audio Triggering et BPM tap.
Entrée et sortie Midi, Midi time code et OSC (Open Source Protocol) via RJ45.
Emetteur et antenne Wi-Fi pour tablette dĂ©portĂ©e avec l’application Remote QuickQ
Support tablette verticale

Caractéristiques spécifiques des consoles QuickQ

QuickQ 10 : Pour projecteurs trad et leds

1 univers DMX possible
1 sortie DMX XLR5
512 projecteurs traditionnels ou leds
20 Fixture faders
2 Chaser fader
1 Cue-stack fader
52 x 35 x 11 cm
4,7 kg

QuickQ 20 : Pour tout projecteur automatique

2 univers DMX possibles
2 sorties DMX XLR5
1024 projecteurs traditionnels, leds ou asservis
20 Fixture faders
10 Playback fader
Multiple Cue Stack
OSC, Midi et Midi time code
56 x 35 x 11 cm
5,2 kg

QuickQ 30 : Pour tout projecteur automatique

4 univers DMX possibles
3 sorties DMX XLR5

2048 projecteurs traditionnels, leds ou asservis
40 Fixture faders
10 Playback faders
Multiples Cue Stack
OSC, Midi et Midi time code
76 x 35 x 11 cm
6,1 kg

Crédits - Texte Tristan Szylobryt

Laisser un commentaire