High-End, le dernier lifting de la Hog4

La Hog4 continue son lifting hardware et software au sein d’High End dans le giron d’ETC avec un futur modèle Hog 4-18. Sortie en 2012, il y a sept ans déjà, la dernière mouture de WholeHog a toujours eu du mal à s’imposer dans l’hexagone français.
Après de nombreux rebondissements et changements de distribution, la marque de console la plus emblématique du rock’n’roll est accueillie par le géant du théâtre ETC, mais reste sous la bannière High End.

Cette récente cohabitation avec les pupitres EOS d’ETC fait cependant naître de grands espoirs pour tous les passionnés, certains spécialistes rêvant d’une fusion entre ces deux grandes marques de consoles.
Si les pupitres bénéficient maintenant d’une carte mère signée ETC, peu de changements en attendant la Hog 4-18 dont les dernières photos révèlent des encodeurs renforcés en aluminium, huit sorties DMX, des encoches pour installer les accroches des moniteurs externes et des écrans internes 18,5”de meilleure qualité.

Le logiciel d’exploitation est mieux servi avec une quantité de petits perfectionnements dont certains sont demandés depuis des années pour améliorer le confort de programmation. Cette version 3.10 précède la prochaine mise à jour majeure, la version 3.11, dont la sortie est prévue dans quelques semaines pour accompagner la Hog 4-18.

La V 3.10 est maintenant disponible sur High End Software dowload.


Compatible en lecture et écriture avec la V 3.09, elle incorpore la librairie V4.18.447, corrige un grand nombre de bugs tout en assurant les nouvelles fonctionnalités suivantes :

Extensions virtuelles :
Des pages de fader virtuelles sont accessibles par le bouton Virtual Wing de la fenêtre du menu. Chacune de ces fenêtres représente une page de 10 playbacks virtuels avec fader, boutons et options identiques à leurs pendants physiques.

Barre de rappel dynamique des playbacks (Dynamic Playback Bar Hardware Docking) :
Les utilisateurs peuvent utiliser la nouvelle barre d’accroche des playbacks pour accéder rapidement à ces playbacks virtuels depuis la console principale ou les Wings Hog.

Affichage résiduel des Group Masters (in the Background) :
Les fader de Group Master, quand ceux-ci ont un niveau inférieur à 100 %, restent par défaut actifs entre chaque page. Les cellules de groupes correspondantes dans la fenêtre de groupes ont une barre d’indication rouge.
Si un groupe n’a pas de fader de Group Master créé, un appui long sur la case tout en manipulant la 5e molette d’encodage permet de le simuler. Group + Release permet de remettre tous les Group Masters cachés à 100 %.
Dans la fenêtre de Group Directory, les intensités et locations des Group Masters sont indiqués dans deux nouvelles colonnes. Les temps de désactivation des Group Masters peuvent être modifiés par un appui long sur la case du groupe et en utilisant la fenêtre spécifique de barre d’outils principale (Main Toolbar).

Compound Fixture Explode :
Les projecteurs complexes composés de sous-modules peuvent maintenant être divisés en différentes parties par une pression sur le bouton « Compound Explode » situé en haut de la fenêtre des projecteurs.

AmĂ©lioration du bouton [Segments…] :
La barre de sélection de projecteurs se développe, avec une touche « Segments » améliorée. Utilisé pour les sélections parcellaires ce bouton s’illumine à l’utilisation et indique quelle partie (Buddy) est actuellement en cours.
De plus le bouton Rem Dim bénéficie d’une option pour le désactiver d’office dans les préférences d’utilisateur. Ce dernier, unique sur Hog, permet de placer l’intensité des projecteurs non-sélectionnés à zéro, mais pouvait en cas de fausse manipulation s’avérer dangereux.
Toujours dans un souci de protection, le fader du GrandMaster peut être désactivé, dans la section diverse (Misc) des préférences utilisateur.


Pour terminer, une nouvelle banque d’images pour le Pixel Mapping de la Hog 4 est disponible avec les contenus « Gradient Shapes », des formes adaptées à la programmation des matrices de led.

Plus d’infos sur le site ETC France et sur le site High End Systems

Crédits - Texte : Tristan Szylobryt

Laisser un commentaire