Nouveauté Prolight+Sound

BMFL FollowSpot et RoboSpot Robe, un système de poursuite local ou déporté

Robe nous a servi un cocktail particulier, avec trois ingrédients inédits autour d’un système de poursuite semi-automatisé : un BMFL FolowSpot équipé de poignées et d’un pupitre Light Master pour la commande locale, et d’un centre de pilotage RoboSpot pour une commande déportée de plusieurs automatiques.
Tout d’abord le corps est une version « FollowSpot de la cuvée BMFL allégée de tous les effets autres que les couleur fixes, l’iris ou le strobe. Il s’agit en fait d’un BMFL sans gobos, ni prisme, ni roue d’animation, ni trichromie.
Toutes les autres caractéristiques sont présentes : une lentille 160 mm derrière laquelle se cache une lampe Osram Lok-it! HTI 1700 W et son IRC supérieur à 92, un zoom 5° – 55°, un CTO variable de 2700K à 6000K, deux roues de couleurs.
La première avec d’office des rouge et bleu profonds, un orange, du vert, du magenta et du congo ; la deuxième que l’on peut modifier avec du rose, du lavande, un vert électrique, un correcteur très froid à 9000K et deux minus-green ; un iris, un strobe, un dimmer et trois frosts plus ou moins forts. Comme ses cousins, la BMFL FollowSpot est capable de lire pléthore de protocoles, du DMX au MANet en passant par l’ArtNet et le sans-fil.

Le BMFL FollowSpot, un BMFL Blade simplifiée avec sa caméra de positionnement sur le côté.

Cette version se distingue surtout par ses accessoires dédiés à une utilisation en poursuite, avec opérateur local ou déporté. En premier, bien évidemment le débrayage des moteurs Pan&Tilt ainsi qu’un contrôle manuel de tous ses paramètres grâce aux poignées de commande et à un pupitre assorti, le BMFL Light Master. Ensuite par une utilisation cette fois semi-automatique via une caméra optionnelle de pilotage déjà pré-câblée à l’intérieur du BMFL FollowSpot et via le système RoboSpot.
Le pupitre de commande BMFL Light Master vient en complément du BMFL FollowSpot avec deux larges poignées style motocross à fixer à l’arrière, ou sur le côté le long d’une barre transversale. Un technicien peut ainsi régler le Pan et le Tilt de façon complètement autonome, et trouvera au niveau des pouces deux faders programmables pour agir sur le dimmer et l’iris. Le petit pupitre de contrôle propose une avalanche de fonctions avec dix boutons de macros préprogrammées, un écran tactile, quatre molettes de réglages, des boutons d’activation par paramètres (pour prendre ou laisser certaines commandes à la console de l’opérateur lumière) et des réglages de freinage du pan et tilt jusqu’à l’arrêt.
Ci-après les deux installations possibles du LightMaster:

A l’arrière

De côté


Si le système reste compact et rapide à monter avec ses vis quart-de-tour et sa simple liaison USB, il demande un certain temps d’adaptation. Il a vocation à être utilisé dans des configurations très particulières, poursuite en baquet ou renfort ponctuel dans des lieux exigus.
En tête de ce système, dernier avatar de cette course poursuite, le centre de pilotage complet RoboSpot reprend le pupitre de commande Light Master, mais au lieu de l’installer directement sur un BMFL, l’isole des projecteurs par l’ajout d’un écran vidéo qui retransmet en direct la vision d’une caméra installée sur un BMFL FollowSpot de référence. Le signal vidéo est retransmis par Ethernet et les actions de l’opérateur devant le pupitre du RoboSpot sont renvoyés en DMX jusqu’à la console lumière.

Le pupitre de commande déporté RoboSpot, inspiré entre autre par le GroundControl™ Followspot System de PRG

Robe évoque la possibilité pour un seul opérateur de contrôler jusqu’à douze automatiques, avec j’imagine un système de références en 3D pour chaque unité, à moins qu’il faille jongler entre plusieurs caméras, pour l’instant le système est un prototype. A suivre donc…

D’autres informations sur le site Robe

Crédits - Texte & photos : Tristan Szylobryt

Laisser un commentaire