KLANG:technologies confie sa distribution française à DV2. Première écoute.

This paper is available in English too

Klang:technologies, le créateur allemand du premier système de mixage et d’encodage binaural de retours in-ear au monde, confie sa distribution française à DV2. L’annonce a été faite au cours des JTSE 2018 où le système a été présenté aux visiteurs. Nous l’avons écouté.

Du beau monde autour de Phil Kamp. De gauche à droite Denis Guichard, Seb Desaever, Phil Kamp, Laurent Laignel et Julien Poirot

On ne présente plus DV2, la pépite de Didier Dal Fitto et Guy Vignet créée en 1997. Basée à Metz mais ayant acheté de vastes locaux à Roissy, elle distribue des marques aussi réputées qu’Adamson, DiGiCo, Digigrid, ou Wavecapture, offrant un service client irréprochable grâce à ses équipes techniques de premier plan que vient de rejoindre Stéphane Pelletier.

DV2 a séduit le directeur des ventes de Klang, Phil Kamp : « Au cours des dernières années, quelques très bons clients m’ont soufflé le nom de DV2 comme étant le partenaire idéal pour Klang ce qui en dit long sur leur réputation. Une fois établi le contact, nous avons apprécié leur qualité humaine, leur professionnalisme et leur adhésion à notre philosophie. DV2 est exactement le relais dont nous avons besoin pour aborder le marché français. »

Guy Vignet et Didier Dal Fitto

Guy Vignet, directeur général de DV2 est enchanté d’ajouter Klang:technologies aux marques qu’il distribue : « Notre ambition a toujours été celle d’offrir les meilleurs outils aux professionnels du son, d’où le choix d’Adamson ou de DiGiCo, deux marques références de notre industrie, brillant aussi par leur vision très précise du futur de l’audio. La technologie 3D de Klang s’inscrit parfaitement dans cette philosophie. »
« Le système Klang:fabrik apporte une avancée considérable à l’univers des retours in-ears et nous sommes fiers d’avoir été choisis afin de représenter cette marque. Nous allons les accompagner dans leur développement et proposer leur solution à l’ensemble de nos clients français. »

Didier Dal Fitto, le directeur technique et cofondateur de DV2 partage l’admiration que Guy porte à cette marque : « Ce qui est remarquable avec la technologie mise en œuvre dans le processeur Klang:fabrik c’est qu’il s’agit en grande partie du bon vieux HRTF mis au point il y a longtemps, mais dont les applications n’ont bénéficié qu’aux militaires à cause de la grosse puissance de calcul nécessaire.
Grâce à Klang, cette technologie est désormais accessible pour l’écoute in-ears et lui apporte une discrimination supérieure ce qui peut conduire à des écoutes moins fortes à confort égal, réduisant d’autant la fatigue auditive. Pour résumer, un progrès pour les artistes et l’outil ultime pour les mixeurs. »

DV2 a débuté la distribution de Klang:technologies durant les JTSE 2018 et va présenter dans le détail cette machine à ses clients et à toutes celles et ceux qui pourraient être intéressés, au cours de séminaires tout au long de l’année 2019.

Ecoute

Nous avons eu la chance d’écouter le système et de discuter avec Phil Kamp qui, outre être un bon vendeur, est aussi sondier de métier et de cœur. L’écoute s’est faite à partir d’un enregistrement multipiste d’assez bonne qualité et avec suffisamment de pistes pour pouvoir placer des objets, voire en régler aussi les niveaux.

Les ressources n’étant pas infinies, le processeur travaille sur une fréquence de 44/48 ou bien 88,2/96 et sait générer un nombre variable de mix de sortie, ce nombre faisant varier celui de voies disponibles par mix. A ce sujet, Klang:fabrik accepte le Dante, le MADI avec une carte optionnelle et l’ADAT, et sort sur ces mêmes ports, plus 8 sorties analogiques stéréo.

Un coup d’oeil à ce graphique tiré du manuel très succinct, permet de comprendre comment sont allouées les ressources et donne des idées quant à la manière d’utiliser ce système. Avec des stems ou bien tout pour le ou la patronne !

Le mode de travail est très intuitif. Il suffit de placer sur le soft de commande chaque objet soit en mono au centre de la tête stylisée, soit en stéréo en s’en écartant le long d’une ligne horizontale, soit enfin partir en 3D en plaçant son objet librement à 360°. Sur l’image ci-dessous, l’ensemble des sources est spatialisé.

On chausse les ears

La première écoute est déroutante et je ne saurais trop conseiller de partir en 3D mais avec votre mix au centre, donc en mono, ouvrant petit à petit les over-head, les grattes, les claviers, les ambiances, vos effets, les choeurs, les toms, les percs, tout en gardant au centre le pied, la caisse claire, la basse et la voix lead.

Une fois que vous êtes confort et commencez à « comprendre le son » Klang et la façon avec laquelle les sources ne « s’agacent » plus l’une l’autre et sonnent donc un peu différemment, sortez la snare, un poil la basse et « jouez » avec la voix lead par exemple en l’avançant. L’effet est intéressant. Basculez ensuite en stéréo et en mono avant de rouvrir la 3D, des touches sont prévues à cet effet. C’est vrai, ça respire et ça ne perd pas de précision ou d’attaque.

Phil Kamp aux JTSE devant le podium hébergeant le nécessaire pour la démo.

Pas non plus de vilains artefacts à signaler, juste le sentiment que vous n’écoutez pas votre son habituel, ce qui peut être dérangeant de prime abord pour vos artistes comme pour vous… mais aussi super drôle et créatif car offrant un espace et une discrimination plus importante à chaque instrument.
En y allant -mollo- comme avec tout procédé de cette nature, l’apport est intéressant et peut séduire les artistes. Il faut en revanche travailler son mix avec la matrice dans les oreilles pour gérer chaque source et l’égaliser en vertu de ce que Klang:fabrik restitue.

Une vue de la page de commande grâce à une app existant en iOS, Android, Mac OS et Windows, ici bien sûr l’iOS.

Si électriquement rien ne change entre Stéréo et 3D, électro-acoustiquement c’est une toute autre histoire. Enfin il faudra changer ses habitudes au niveau de l’emplacement du monitoring de chaque départ.
Gaffe aussi à la latence qui est d’environ 3 msec et qui est évidemment la même pour toutes les voies, même si vous en laissez une en mono centrale. Enfin en cas de 96 kHz et de pas mal de mix à produire, il faudra choisir qui aura de l’air sur le plateau, cascader deux unités (possible depuis la version 3.1) ou enfin passer par des stems.

Conclusion

Entre un rack entier de générateurs de brillance commençant par V et terminant par R et un Klang:fabrik, à un prix assez avoisinant, je préfère m’amuser et redonner de la clarté avec ce dernier, surtout que les nouveautés ne sont pas légion à cour. Un autre des avantages réside dans la possibilité offerte à certains musiciens de gérer leur mix et leur spatialisation, une sorte d’Aviom en beaucoup plus puissant et plus fun.
Attention malgré tout, on n’a pas pu écouter au travers d’une liaison HF mais uniquement connecté sur la matrice avec un EM2Pro. Prenez rendez-vous avec DV2 pour une vraie démo avec vos sources, voire un prêt et si vous allez sur le site web de Klang, ne vous formalisez pas du film posté par le fabricant sur YouTube. Le son et le rendu issus de cette matrice binaurale sont beaucoup mieux et plus naturels au niveau de la phase que ce qu’on y entend.

Et le petit au bout

On annonce du côté de Klang le :vektor et là, ça peut être drôle puisqu’il s’agit d’un tracker qui est prévu pour suivre vos mouvements de tête afin de vous faire toujours entendre ce que vos yeux voient.

Une première vue de ce que sera l’émetteur de positionnement avec ses deux prises venant se plugger sur les écouteurs.

:vektor se présente soit comme un boîtier s’interposant entre le pack récepteur et vos ears, soit comme un petit module accroché à vos ears. On vous racontera ça en détail quand on le verra avec nos yeux et nos oreilles, sans doute à Francfort.

Ce qui est certain c’est que d’ici quelques années, certains artistes auront dans le dos : un émetteur micro, un récepteur ears, un émetteur de positionnement pour la façade en immersif, un autre émetteur pour les retours en 3D et un dernier pour les poursuites automatiques ;0)

Plus d’informations sur le site Klang et sur le site DV2

Crédits - Texte : DV2 et Ludovic Monchat - Traduction : Ludovic Monchat - Photos : Klang & Ludovic Monchat  

Laisser un commentaire