Switch Netgear M4500 : la dorsale haut débit pour réseaux vidéo sur IP

En cette dernière édition du salon ISE à Amsterdam, Netgear, marque bien connue des amateurs de point d’accès wifi ou autre adaptateur CPL, était représentée par sa division professionnelle. L’équipe de Netgear partageait le stand avec d’autres constructeurs membres de l’alliance SDVoE (Software Defined Video over Ethernet), organisation à l’origine de la solution.

Si vous n’en avez jamais entendu parler, SDVoE est une suite de protocoles implémentés et disponibles dans les équipements compatibles, permettant aux utilisateurs de transmettre des flux vidéo non compressés sur les réseaux IP, et ce de manière simplifiée. Les équipements ne deviennent plus que des points de connexion, d’émission et de réception, mais le routage et le matriçage deviennent totalement logiciels, et offrent ainsi une plus grande flexibilité aux utilisateurs.
L’alliance SDVoE annonce une latence zéro dans la transmission des flux au sein du réseau IP, et promet des performances inégalées sur les réseaux transportant un grand nombre de flux vidéo, simplifiant par là même le câblage et le nombre d’équipements dans la chaîne vidéo, et réduisant ainsi le nombre de conversions nécessaires pour les grandes distances et les interconnexions de site.
Le protocole SDVoE permet le transport d’un flux vidéo non compressé en utilisant 10Gbps de débit. Il est assez facile de comprendre que face à des installations nécessitant le transport de plusieurs dizaines de flux vidéo, le dimensionnement de la dorsale (l’infrastructure réseau) devient un élément clé.


La gamme de switch Netgear M4300 actuellement sur le marché offre un large panel de modèles, avec des ports 10Gbps sur RJ45 ou sur port QSFP+ de 40Gbps. Mais lorsque le nombre de flux vidéo requiert une dorsale de plus grande dimension, il convient d’utiliser des switchs de cœur (switchs centraux) à très grande capacité.
Voilà pourquoi Netgear, l’un des membres fondateurs de l’alliance SDVoE, présentait ses nouveaux switchs Ethernet de la gamme M4500, venant compléter la ligne existante M4300. Ces switchs offrent les performances nécessaires lorsque plusieurs centaines de Gigabits de bande passante sont requis pour le transport sans latence des flux vidéo.

Le switch Netgear M4500 32C.

Le modèle M4500 32C offre 32 ports 100Gbps.

Le switch Netgear M4500-48XF8C

Le M4500-48XF8C offre 48 ports 10/25Gbps, et 8 ports 100Gbps.

Directement inspirés du design des switchs pour data center de Netgear, ils sont préconfigurés pour une interconnexion facile avec d’autres équipements compatibles SDVoE, mais peuvent bien entendu être utilisés pour d’autres applications audiovisuelles.

Les deux modèles présentés au salon, respectivement M4500-48XF8C et M4500 32C, seront utilisés pour interconnecter les switchs de la série M4300, en tant que switch d’accès, où les encodeurs/ décodeur vidéo SDVoE seront connectés via des câbles réseau. Des liaisons 40G seront utilisées entre les switchs M4300 et M4500 pour créer des liaisons haut débit.
Le modèle M4500-48XF8C peut également être utilisé pour directement connecter les convertisseurs vidéo via une liaison fibre optique 10Gbps ou 25Gbps. Dans ce cas précis, celui-ci sera utilisé en tant que switch d’accès, et le modèle M4500 32C sera utilisé en switch de cœur, en créant des liaisons 100 Gbps entre les deux, permettant ainsi de connecter jusqu’à 640 équipements sur le réseau !

C’est précisément ce type d’application que Laurent Masia, directeur du management des lignes de produits, venait expliquer pendant une session de 30 minutes sur le stand SDVoE. La présentation tournait autour de trois axes applicatifs principaux :

– Une solution à base de stack : Les switchs sont combinés entre eux et deviennent d’un point de vue utilisateur 1 seul switch, avec des liaisons haut débit entre les switchs, pour simplifier l’administration.
– Une solution par agrégation de liens : plusieurs liens entre deux switchs sont combinés entre eux pour ne plus former qu’un seul lien à très grande capacité. Cette technologie permet d’offrir des valeurs de débits entre les switchs pouvant donner le tournis aux habitués des réseaux 1Gbps !
– Une solution à base de VLAN (réseau virtuel au sein du réseau physique). Certains liens entre émetteurs et récepteurs sont placés dans des réseaux virtuels afin d’éviter toute interférence entre les différents équipements n’étant pas inclus dans le même réseau virtuel (voir illustration ci-dessous).


switches-netgear-m4500

La technologie VLAN utilisée pour le transport des flux vidéo SDVoE (extrait de la présentation de Laurent Masia).
l’exemple ci-dessus représente des liaisons isolées de 4x100Gbps entre les switchs d’accès et le switch de cœur !

Il paraît évident au vu des valeurs de débits annoncées que ces switchs pourront répondre aux applications vidéo sur IP de large envergure. Le protocole SDVoE pourra également s’appuyer sur de telles architectures réseau pour offrir des possibilités de matriçage vidéo sans limite. Ce qui signifie que certains flux vidéo pourront être envoyés à plusieurs destinataires par exemple. Si vous n’êtes pas familier avec la technologie réseau, cette méthode de diffusion s’appelle le Multicast, une source vers plusieurs destinations qui auront demandé à recevoir ce flux vidéo.

Le multicast repose sur un mécanisme qui ne tenait pas compte de tels débits lors de sa première proposition (1986). L’IGMP snooping, c’est son nom, est une solution qui permet d’envoyer les flux multicast à ceux qui l’ont demandé. Malheureusement, et dans certains cas précis, certains équipements ou certains liens peuvent se trouver totalement inondés par des flux qu’ils n’auraient pas demandés.
Pour pallier ce problème, des sous-réseaux peuvent être créés, et interconnectés entre eux via la technologie PIM (Protocol Independant Multicast). Cependant, l’emploi de cette technologie requiert des connaissances approfondies dans les architectures réseaux, et n’offre pas toujours le résultat attendu. Voilà pourquoi Netgear propose une nouvelle version d’IGMP, appelée simplement IGMP+.
Cette solution propriétaire permet de se dégager de ces contraintes, et d’interconnecter des centaines d’équipements AV, en dispensant les utilisateurs d’employer la technologie PIM, tout en utilisant des techniques IGMP déjà connues sur l’ensemble du réseau AV sur IP. Pour ceux ayant déjà été confrontés à ce genre de problème, l’IGMP+ est une véritable avancée pour la simplification des réseaux audiovisuels.

Avec cette nouvelle gamme de switchs, Netgear démontre sa volonté de se placer comme un acteur incontournable des réseaux AV sur IP. Selon Laurent Masia, Netgear présentera de nouveaux modèles de switchs au salon Infocomm 2020, alors restez connecté !

Plus d’infos sur le site Netgear

 

Crédits -

Texte : Fabrice Gosnet - Photos : Fabrice Gosnet / Netgear

Laisser un commentaire