Powersoft présente le nouveau M FORCE 301P01

Présenté au PL+S 2013 et depuis largement adopté, le M-Force fait un retour en…Force à l’édition 2018 sous le nom 301-P01 avec nombre d’améliorations le rendant encore plus pratique à intégrer et imbattable pour générer fiablement de l’extrême grave.

Tout a changé sauf l’essentiel. 5 ans après son introduction sur le marché, Powersoft a présenté à Francfort une nouvelle version de son actuateur push-pull M-Force, celle à fort débattement basée sur le modèle M-01. Une seconde à forte vélocité basée sur le M-02, sera annoncée bientôt. La différence est que cet incroyable moteur est directement intégré à un saladier propriétaire, rendant ce montage proche d’un haut-parleur « classique ».
Rien ne change côté puissance et processing, le module M-Drive est toujours d’actualité et est surtout toujours le seul ampli capable de délivrer le type de puissance nécessaire à la charge réactive et proche du court-circuit que représente le M-Force, et à en piloter le style du rendu souhaité et l’interfaçage dans sa charge acoustique via le DPC, un capteur de pression relié au DSP du M-Drive. L’ensemble enfin bénéficie d’Armonia, la suite logicielle de Powersoft intégrant via un plug-in spécifique et verrouillé par mot de passe, l’accès aux réglages indispensables à sa configuration pour le fabricant de l’enceinte intégrant le M-Force.

Lors de cette édition du PL+S, nous avons trouvé sur le stand Powersoft un film de présentation de Claudio Lastrucci, le responsable de la R&D de la marque de Scandicci.
On vous le propose ci-dessous, avec un résumé en français.

Claudio Lastrucci : Comme vous le savez, Powersoft est le spécialiste depuis 20 ans des amplis en classe D, une technologie dont le marché augmente de plus en plus et dont on n’exploite pas encore l’ensemble des atouts.
Parmi ses avantages il y a le rendement, le poids, le recyclage de l’énergie, la basse consommation et la compacité mais aussi et surtout sa capacité à fonctionner sur des charges complexes et très basses.
Quelque chose d’intéressant car cela nous a permis de penser à des solutions innovantes en lieu et place des HP traditionnels. C’est ainsi qu’est né le M-Force et son ampli, le M-Drive. Le principe consiste à inverser le principe de la pièce en mouvement. Au lieu que ce soit une bobine solidaire d’une membrane, il s’agit d’un aimant, solidaire via un axe en nylon et une vis en acier, du cône.

Le corner M-Force avec Claudio répétant inlassablement son message.

Premier avantage, aucun fil mobile n’apporte de courant à la bobine du fait qu’elle est fixe et facile à alimenter, on écarte ainsi tout risque de casse.
Ensuite et contrairement aux HP qu’on connait tous, le M-Force est naturellement symétrique, linéaire et push-pull. Un vrai piston dont la fiabilité est garantie aussi par le fait que l’aimant « vole » librement dans un champ magnétique. L’axe de sortie de l’actuateur peut être relié à différents cônes, voire à un mur pour une infinité d’exploitations.
Troisième avantage, comme la bobine est fixe, on peut en choisir librement la masse, le diamètre des fils et obtenir donc une résistance de bobine très basse qui ramenée au BL (facteur de force) au carré, nous donne une puissance moteur ((BL)2/Re) bien supérieure à un HP conventionnel (3000 (T.m)2/Ω pour le M-Force 02), environ 15 fois plus élevée que celle rencontrée dans un bon 18’’ (environ 200) avec des accélérations possibles de 4800 m/s2.
Le débattement linéaire atteint ± 25mm (± 37 mm max), et quand on le couple avec le facteur de force sur un cône de 30 ou 40’’, on déplace vraiment beaucoup d’air. Cette puissance nous permet enfin de pouvoir réduire la taille de la charge (acoustique) et donc de l’enceinte sans sacrifier les performances.

En résumé avec M-Force on s’affranchit des problèmes thermiques, la puissance absorbée est très importante, le SPL ramené au volume de charge est plus du double qu’avec des HP traditionnels, enfin le rendu sonore est précis, dynamique et très contrôlé, ce qui permet un SPL inédit avec des graves particulièrement profonds.

Le module ampli et processing M-Drive avec posé par-dessus et relié par une nappe, le capteur de pression relevant le gradient existant entre l’extérieur de la charge et l’intérieur.

Au-delà même de ces avantages détaillés par Claudio, M-Force ajoute une absence « quasi » totale de compression thermique, une distorsion très réduite, l’emploi de 1/20è du volume de Néodyme habituellement nécessaire dans des HP capables de générer un SPL comparable et désormais, une facilité extrême de mise en œuvre accompagné par son inséparable module M-Drive capable de cracher des puissances crête de 15 kW, et 22 kVA sur charge réactive.

Une vue de l’actuateur et de son cône qui n’est pas collé comme toutes les membranes, mais boulonné au saladier. On comprend pourquoi.

Autre particularité, le capteur de pression DPC contrôle le fonctionnement de l’ensemble en tenant compte de la nature de la charge et facilite l’adaptation du M-Force dans cette dernière, tout en garantissant le meilleur SPL possible sans casse. DPC lisse aussi les problèmes de linéarité de certains montages et enfin compense en temps réel le vieillissement du cône.

La réactivité du DPC est garantie par l’extrême rapidité de l’asservissement réalisé par DSP, avec une latence de 10 µs (à comparer aux fréquences de travail, 20 à 150 Hz soit T de 50 à 6 ms). Le M-Force 301-P01 « complet » ajoute quelques nouveautés comme un couplage de l’actuateur sur le cône au travers d’une nouvelle fixation et des connecteurs haute tension et ampérage à même l’actuateur pour faciliter son alimentation.

Interview de Massimo Minardi

Quelques questions restant en suspens à l’issue du PL+S, nous avons interrogé Massimo Minardi qui est, depuis quelques années, le spécialiste produit et le responsable des ventes pour le M-Force dans le monde entier. Bien nous en a pris, ses réponses sont précises et sans aucune ambiguïté quant aux plans du fabricant florentin.

Massimo Minardi photographié dans l’audi de Powersoft. Non, il n’est pas petit, c’est le cône derrière qui fait 40’’.

SLU : Nous venons de découvrir le 301 P01, basé sur l’actuateur à forte élongation. Une version à faible élongation et plus forte vélocité basée sur l’actuateur M-02 est prévue ?

Massimo Minardi : Oui absolument, elle arrive. Elle s’appellera 302-P01

SLU : Nous avons constaté un certain nombre de différences sur l’actuateur qui équipe le 301 par rapport à celui vendu seul. Tu nous les détailles ?

Massimo Minardi : Deux changements sont immédiatement apparents : la prise de raccordement spécifique garantissant un bon contact, une facilité de remplacement de l’ensemble en cas de besoin et de futures fonctionnalités, et ensuite la disparition du X en plastique rigide qui agissait en quelque sorte en tant que « spider ».
Son abandon augmente la compliance de l’équipage mobile qui a été compensée par un rappel magnétique plus efficace dû à un design différent de l’entrefer. La conséquence est d’alléger l’équipage mobile et d’améliorer la reproduction de la partie la plus haute de la réponse en fréquence de l’actuateur. Dernier changement, le « clamping kit » ou fixation du moteur au cône a été déplacé sur ce dernier.

On voit bien le ressort de rappel et de guidage, sorte de spider, et qui a disparu sur la nouvelle version d’actuateur équipant le montage complet 301-P01

SLU : Si un client achète un kit M-Force 01, quel actuateur va-t-il avoir, celui qu’on connaît ou celui qui équipe le 301 ?

Massimo Minardi : Il sera livré avec l’actuateur actuel mais modifié. Le Clamping Kit disparaîtra de l’arbre pour passer à la base du cône qui sera désormais en Ergal, et il disposera du nouveau connecteur rapide haute tension. L’actuateur sans X tel qu’il existe dans son saladier, ne sera pas vendu séparément.

SLU : Existera-t-il une version 401, j’entends par là avec un cône de 40’’ ?

Massimo Minardi : Il n’existe pas et n’existera jamais une version avec son saladier et une membrane de 40’’.

SLU : Vous semblez dire dans votre littérature que le DSP est au choix du client (le fabricant de l’enceinte) Mais il s’agit bien du DSP « externe », pas celui de base du système, qui permet d’intervenir sur les paramètres de Thiele et Small est intégré dans l’ampli, le M-Drive…

Massimo Minardi : Tout à fait. Il y a deux niveaux de DSP. Un est propre à M-Force et est intégré dans le module de puissance M-Drive. Il dialogue avec le capteur DPC. Seul le fabricant de l’enceinte y a accès sur mot de passe unique. Désormais il le fait via un plug spécifique d’Armonia. Ensuite il y a le DSP qu’on peut appeler d’exploitation et qui est au choix du fabricant. Il peut embarquer notre module DSP4 et utiliser Armonia ou bien faire appel à tout processeur externe (Lake, XTA etc)

Une vue de détail du connecteur conçu pour véhiculer des crêtes de 15 kW, et 22 kVA. Remarquez aussi derrière le nouveau Clamping Kit désormais essentiellement situé sur le cône en Ergal.

SLU : On entend souvent des fabricants faire état de leur crainte quant à la longévité d’un produit comme le M-Force à votre catalogue…

Massimo Minardi : C’est un faux problème. Nous avons le DigiMod 1000 au catalogue depuis plus de 11 ans. Notre philosophie a toujours été celle d’être un constructeur fiable et digne de confiance et pas seulement d’un point de vue du matériel. Reste le cas peu probable de la météorite qui tombe sur Scandicci…

SLU : A-t-on une idée du prix du couple M-Drive et M-301 ?

Massimo Minardi : Non, nous ne l’avons pas encore déterminé, du moins le prix du 301-P01.

SLU : Dernière question. Quand vont intervenir les premières livraisons ?

Massimo Minardi : Nous les prévoyons pour le 4è trimestre 2018.

Le mot de la fin revient à Claudio Lastrucci : « J’ai toujours considéré que si l’on cible l’amélioration constante des performances, l’amplification, le processing et le design même d’un transducteur ne doivent faire qu’un. On ne peut pas cloisonner ces trois domaines sinon leur évolution est ralentie et peu ou pas inter-compatible. » Avec le M-Force 301-P01 et les évolutions futures, Powersoft rentre de plain-pied dans l’univers des facteurs de haut-parleurs intelligents. Ca va vrombir dans les chaumières !

L’équipe salon de Powersoft. “Ce la beviamo una birretta ?”

Pour rafraîchir vos connaissances dans la façon dont fonctionne un ampli, un HP, les interactions entre les deux et l’évolution vers les charges complexes, notre collègue Claude Ducros l’explique très bien ici

Crédits - Photos : Ludovic Monchat et Powersoft

Laisser un commentaire