Novelty équipé en BMFL FollowSpot LT Robe

BMFL FollowSpot

Tout juste avant l’été et la grande saison des festivals, Novelty a rentré dans son parc de loc 6 BMFL FollowSpot Long Throw, la dernière version qui intègre une caméra pour suivre les artistes sur de longues distances…
Novelty devient ainsi le premier prestataire à louer cette nouvelle référence en France.

Le FollowSpot Long Throw (LT) est une solution compacte adaptée aux grandes scènes. Son zoom de 2° à 8° (ratio 4 :1) est conçu pour de grandes distances, assurant plus de 1000 lux à 90 m.

Avec notamment 6 unités spécialement déployées par Novelty au Hellfest Festival en juillet, quatre sur la tour de delay située à cour de la scène et deux autres sur la tour côté jardin simplement perchés sur un élément de structure, l’utilisation du BMFL LT connecté à son système de poursuite RoboSpot était une première mondiale.

D’autres informations sur le site Robe Lighting France

Jenifer à la Seine Musicale avec Rico, Bobo et Soundscape

Petit à petit l’immersif gagne du terrain y compris en France et nombre de tournées s’y essaient avec l’aide et la complicité de leurs prestataires et des deux marques française et allemande qui ont pris une certaine avance dans ce domaine.

Nous avons été à la rencontre des techniciens de Jenifer pour B Live lors de la date à la Seine Musicale, Rico Berrard au mix et Boris Jacquier-Laforge au Soundscape. Mais là où c’est interessant, c’est que nos deux compères ont décidé de se lancer en prenant quelques libertés avec les préconisations de d&b. Récit.

Bobo et Rico.

Boris Jacquier-Laforge, Bobo pour les intimes…: D’un côté il y a ce que les fabricants préconisent comme montage garantissant un résultat immersif optimum via des règles à respecter scrupuleusement, de l’autre la possibilité de parvenir à partir d’une implantation quasi standard, à bénéficier des effets du Soundscape.
Nous avons voulu voir jusqu’où on peu aller, quelles sont les limites en dessous desquelles ça ne marche pas.

SLU : Quelle est la configuration du système ?

Bobo : Un gauche/droite, un central et des outfields, avec un central rallongé pour porter plus loin. On sait qu’on n’est pas dans les clous car il faudrait cinq lignes identiques et ouvrant large dont l’écart ne dépasse pas 70% de la distance vis-à-vis des premiers spectateurs couverts par le système. Dans notre cas nous disposons d’un kit quasiment standard et donc…

Vu comme ça, on dirait un kit standard pour Zénith, 5 SL-SUB, 12 KSL et 9 V, mais la ligne centrale et la DS100 changent la donne…

SLU : Composé de beaucoup de 8 et quelques 12 !

Bobo : C’est ça. Le KSL du main comporte en standard dix boîtes de 8 et deux de 12. Nous avons réussi à panacher en huit KSL8 et quatre KSL12. Là où on s’en sort beaucoup mieux c’est avec la centrale en V où nous avons deux V8 en tête qui portent loin et huit V12 pour bien couvrir le reste de la salle.

Le truc qui change tout, la ligne de 10 V dont huit V12 et dans lesquels aboutissent beaucoup d’objets. Idéalement il faudrait du KSL, mais même en V, ça commence à bien démasquer.

Pour les outfields nous sommes passés de 6 à 9, toujours du V, et nous aurions voulu les employer en complément du système principal pour élargir l’image de certaines sources dont les effets ce qui marche très bien.
L’inconvénient réside dans la voix principale qui placée dans la matrice DS100, sort avec le maximum d’énergie par les V du centre, avec un complément dans le G/D et une dernière lichette dans les outfields.

Pour l’architecture Soundscape c’est parfait, mais comme on n’a pas exactement les boîtes et le nombre dans la centrale, on perd trop de voix sur les côtés, ce qui n’est pas possible vis-à-vis de l’artiste et du public.
Même avec une configuration optimum de 5 lignes identiques, on aurait dû placer des outfields pour déboucher les côtés et renforcer surtout la voix. Du coup on a exploité nos deux lignes externes en somme mono. Ce que l’on perd en spatialisation, on le gagne en qualité et intelligibilité sur les côtés.

SLU : Il n’y a pas moyen de «gonfler» disons à la mano la voix ailleurs que sur la centrale?

Bobo : Je crois que d&b travaille sur la question, un peu comme avec une matrice telle qu’on la connaît, mais avec le délai qui va bien.

La matrice DS100 prise en sandwich entre DS10 et Ghost

SLU : Dans l’attente que les fabricants nous sortent des enceintes spécial immersif qui ouvrent encore plus.

Bobo : C’est ça !

SLU : Votre approche un peu expérimentale avec Rico est bien vue par l’artiste au sens large comme par B Live ?

Bobo : Oui, dans la mesure où on garantit toujours le rendu d’un gauche/droite de qualité. B Live nous suit dans la mesure de ses possibilités en nous mettant à disposition une matrice et en nous permettant de panacher le système pour disposer du maximum de têtes en 120° !

SLU : Quelles sont les découvertes que vous avez faites en allant au-delà du G/D ?

Bobo : Déjà que dans Soundscape, le sub est prévu pour être un point central ou un arc sub et donc n’a aucun délai. Ton pied sort au centre à temps 0 et avec un délai sur les côtés, mais le sub reste à temps 0.

La page du R1 de visualisation des objets tels que positionnés grâce à la matrice DS100

Comme nos SL-SUB sont en G/D et qu’on ne peut pas accrocher de subs au centre dans toutes les salles, on a fait le choix de sortir pied, snare, basse et tout ce qui a énergie et impact en mode OFF pour ne pas déclencher les délais dans la matrice et être certain d’être calé.

Tout ce qui est guitares et claviers est en mode Tight et enfin pour les sources plus dures à traiter comme les pads et les effets, on a choisi le mode Full où l’objet est le plus spatialisé et démasqué.


SLU : Comment se passe ce choix entre les algorithmes ?

Bobo : Il n’est pas évident dans la mesure où au début tu paramètres l’ensemble sur Full et que pour certains objets, le résultat n’est pas probant, sans doute à cause de notre configuration qui n’est pas optimisée. On en profite quoi qu’il en soit pour décortiquer tous les paramétrages pour en saisir l’impact réel dans les divers éléments du système.

SLU : Comment fais-tu à avoir assez d’énergie dans la ligne centrale en V…

Bobo : Pour le pied j’ouvre un peu vers les deux KSL en reculant l’objet, ce qui en route une petite partie en dehors du V. Les subs font le reste. Pour la snare en revanche qui est aussi sur Off, je joue à fond sur le recul de l’objet et, le résultat est très probant. On retrouve du gras et la balance tonale du KSL.
Ouvrir le mix ne serait-ce que sur trois lignes, démasque nettement le bas médium. On perd à peine de côté frontal mais on gagne de l’air et de la précision sur chaque objet traité. On avait déjà agi de la sorte avec Rico en 2015 sur la tournée de M Pokora où grâce à un Sonic Emotion, on a trouvé de la place pour des tas d’effets qui ne sortaient pas dans le bas médium.

La régie SSL de Rico, du son anglais pur jus qui se transforme par la magie de la DS100 en son anglo-allemand puisque nombre de fonctions et de réglages se font en dehors de la console.

SLU : Comment vous gérez le passage entre les dates en G/D et celles avec Soundscape ?

Bobo : Il faut d’abord que nous ayons un beau mix en stéréo et que le passage via Soundscape se fasse en plaçant les sources et en retouchant les niveaux au travers des objets et pas de la console.

SLU : Pas évident, la gestion dynamique et le rendu fréquentiel en salle d’une source jouée dans un G/D ou dans un système de spatialisation n’est pas du tout la même chose. On n’en est qu’au début…

Bobo : Je suis d’accord, on défriche et c’est pour ça qu’on a cette démarche avec Rico et Arnaud Bonhomme qui tient le système sur la tournée de Jenifer. On est tous les trois dans la même mouvance. Il y a les principes, la réalité économique et le résultat final.

Deux Realtime Rack en plus des effets internes de la SSL et ces quelques goodies. Le son de Rico est fat de chez gros… tout s’explique.

On échange énormément avec Pierrot (Scalco) et Matthieu (Delquignies) de d&b France et on apprend beaucoup, tout en bénéficiant d’une relative liberté de mouvement de la part de la marque, ce qui ne serait sans doute pas le cas chez d’autres fabricants (rires).
Tous les soirs on doit envoyer un joli show et avancer pas à pas en apprenant à déconstruire notre habitude d’écoute. Quand la première fois tu passes d’un mode à l’autre, c’est plus que changeant (rires).

SLU : Quel est le gros plus pour le public selon toi ?

Bobo : La portion beaucoup plus importante de gens qui baignent dans un son où l’on puisse localiser précisément une source.

La page Function Groups de la matrice avec spécifiées, les groupes d’enceintes et les délais. Le point 0 et donc le plus reculé, ce sont les deux lignes de 5 subs placées derrière celles des KSL. Tout le reste de la diffusion est donc délayé pour « attendre » le grave.

SLU : Comment places-tu tes objets, par lignes de boites ou dans l’espace ?

Bobo : Non, dans l’espace. Les lignes ne sont pas matérialisées. Tu places ton objet là où tu veux qu’il soit et la matrice DS100 s’en débrouille.
En revanche tu dois spécifier à l’avance les délais entre les différents groupes d’enceintes qui composent ta diffusion puisque tu joues avec 3 algorithmes différents.
Soundscape t’offre plein de possibilités, mais comme ce n’est pas un système fermé, il nécessite de bien travailler le calage et ensuite le choix des algorithmes.

SLU : Comment alimentes-tu ta matrice ?

Bobo : Je sors 32 canaux de la SSL pour aller vers la DS100 qui en accepte 64 en 48 kHz. Comme la SSL marche en 96 kHz et que notre session est à cette fréquence, on n’a que 32 sorties de disponibles, même si on insère le SRC en sortie, donc on a crée des stems. Si on avait pu utiliser les 64 on l’aurait fait, on se serait amusé encore plus !

Noir salle

Une balade dans la salle valide les choix. La couverture comme la mise en phase sont parfaits et à part une inévitable perte de présence et de mordant dans le bas-mid en passant de KSL à V dans les outfields, tout fonctionne. Le seul petit problème, mais indépendant du système et de la nature de son déploiement, concerne le grave, manquant un peu d’attaque et de précision. Malgré des enceintes cardioïdes, têtes KSL comme subs GSL-SUB, la Seine Musicale prolonge et brouille un peu le bas en le rendant moins net, un phénomène que nous avons déjà constaté lors d’autres reportages.

Le mix de Rico est mastok et profite à plein du rendu d&b et de l’efficacité des KSL. La batterie notamment sonne gros, très gros et colle au coté pop très frais et adorable de l’artiste et de ses titres. La voix de Jenifer est bien rendue malgré la charge de travail à laquelle est confrontée la ligne centrale de de 9 x V.
Le fait de cantonner la spatialisation entre trois lignes seulement ne permet pas de bénéficier d’un effet d’ouverture complet que le public puisse facilement apprécier et citer spontanément, même s’il ne fait aucun doute que le son gagne en fluidité et est mieux placé et discriminé.

Ahh mais ouaaaaii, c’est donc ces trucs accrochés qui font du son…;0)

Ces essais ont malgré tout le mérite de démontrer l’utilité de « l’immersif » mais aussi le besoin de mettre au moins trois points centraux égaux et puissants pour avoir de l’énergie et deux autres peut être moins gros pour couvrir l’espace scénique et bien écarter le front sonore.
Cela oblige aussi à disposer d’enceintes de type 120° en grand nombre, un phénomène peu usité chez d&b dont les kits standard 80-120 rendent cette race de boîte assez rare…

Mais surtout cela met en exergue le besoin de produire des shows immersifs dès leur conception et ensuite d’investir pour cette technologie afin que les prestataires s’équipent et déploient des systèmes qui fassent que le public puisse enfin s’extasier aussi sur le bois et dire un jour : « le show était génial, la guitariste s’est baladée en salle et le son ne l’a jamais quittée et quand l’artiste allait d’un côté, sa voix la suivait.., comme les lumières ! »

De gauche à droite Nirina Rakotomavo claviers, Audrey Tesson guitare, Jenifer, Laurène Vatier basse et Camille Bigeault batterie.

Bravo en tout cas aux trois complices Bobo, Rico, Arnaud et à B Live qui joue le jeu car, comme le chante si bien Véro Sanson, celui qui n’essaie pas, ne se trompe qu’une seule fois. Ils ouvrent aussi la porte à un usage moins contraint, moins onéreux et plus créatif de la matrice DS100, la clé à molette de d&b. Merci et bravo enfin à Jenifer et au groupe de musiciennes qui l’accompagne. Ca tourne, ça bouge et ça pétille. Grave !

D’autres informations sur le site B Live et sur le site d&b audiotechnik

Rico Berrard : mix face
Yann Garnier : mix retours
Arnaud Bonhomme : système
Boris « Bobo » Jacquier-Laforge : gros son

 

Récepteurs ears Shure P9RA+ et P10R+, + malins, + pratiques, + avantageux

On parle souvent d’obsoléscence programmée, vous dire le plaisir de voir Shure nous proposer avec les P9RA+ et P10R+, deux nouveaux récepteurs ears capables de redonner une seconde jeunesse à vos émetteurs PSM900 et 1000.

Le truc, car il y en a un, réside dans leur nouvelle architecture hybride analogique / numérique qui offre une restitution audio encore plus fidèle, une plage dynamique accrue, une meilleure séparation stéréo et une stabilité HF renforcée.

PSM1000

Nous avons eu la chance de découvrir le P10R+ au cours d’un reportage à Bordeaux lors d’une date de la tourné d’Amir où David Chancereul s’est longuement enflammé (pas de panique, on l’a éteint à temps pour le show) et nous a expliqué ce qui se cache dans ce nouveau pocket.

Le récepteur P10R+ dans la main de David, une brillante façon de prolonger la vie d’une liaison analogique destinée, par la force du progrès, à laisser sa place au numérique.

SLU : Content du PSM 1000 ?

David Chancereul : Oui bien sûr car j’ai en plus une nouveauté, les récepteurs P10R+. Nous sommes certainement la première tournée française à en bénéficier.

Le PRA9+, le concentré de technique destiné à la série 900

La transmission reste analogique entre émetteur et récepteur comme avec la génération précédente, mais ensuite dans le P10R+ le signal est converti en numérique et passe dans un FPGA qui va effectuer les fonctions de décodage telles que la désaccentuation, l’expansion et un peu de processing dont une partie est ouverte à l’utilisateur qui peut ainsi corriger très finement sa liaison ou ses écouteurs.

Tout ceci améliore considérablement la qualité du rendu et notamment l’image stéréo qui est beaucoup plus large, les artefacts liés à la compression expansion qui disparaissent et enfin la dynamique qui est améliorée. Je m’en suis rendu compte en effectuant une écoute chez Dushow à l’aide du Virtual d’une ancienne date. Je souhaitais au début partir avec une marque italienne bien connue mais Dushow a su me convaincre et a mis à notre disposition 9 liaisons juste à temps pour la tournée et j’en suis très content.

Un certain nombre de fonctionnalités facilitent enfin le travail au quotidien :

  • La fonction CueMode offre à l’ingénieur du son la possibilité de contrôler jusqu’à 20 mix stéréo à partir de son propre boîtier grâce à sa mémoire interne dédiée.
  • La technologie MixMode permet l’écoute et le mixage à partir du récepteur de deux sources indépendantes.
  • L’égaliseur paramétrique 4 bandes facilite le contrôle de la balance tonale du système pour l’adapter à chacun.
  • Le preset « Match » donne la possibilité de retrouver le son d’origine des récepteurs P9RA et P10R. Au cas où…

Pour plus d’infos, Ludo Sardnal est toujours l’homme incollable, on dirait presque l’Oncle Ben’s de la HF ! Pour le joindre, +33 6 15 13 26 68 ou bien lsardnal@algam.net

Et d’autres informations sur le site Algam Entreprises

 

Le festival ‘A Summer Story’ s’éclaire en Claypaky

La Ciudad del Rock d’Arganda del Rey (Communauté de Madrid), en Espagne, a organisé les 21 et 22 juin le festival de musique électronique « A Summer Story », durant lequel 100 000 personnes ont pu apprécier les dernières tendances mises en lumière par les projecteurs Claypaky.

« A Summer Story » (Une histoire d’été) est devenu l’un des épicentres de la musique électronique en Espagne. Cette année produit par Disorder Events, ce festival annuel, dont c’était la cinquième édition, proposait les prestations de plus de 70 artistes. En plus de ses écrans gigantesques, il présentait des éclairages combinant les technologies tungstène et led, qui exigeaient de contrôler un grand nombre de systèmes.

Le spectacle comportait quatre scènes avec une conception d’éclairage mêlant projecteurs asservis, barres de leds, blinders, et autres, contrôlés à partir d’une console grandMA2, fournie par Stonex en Espagne. Pour éclairer les quatre scènes qui fonctionnaient jour et nuit, Disorder Events et Enrique Jiménez de Fluge Audiovisuales ont embarqué les nouveaux Sharpy Plus Claypaky.

La scène principale, accueillait une structure de 35 mètres de haut. Son design conçu par Eduardo Valverde de Pixelmap Studio était programmé et exploité par Juan Manuel Lázaro Ordiales.

La scène Live et Techno, conçue par Jiménez, utilisait plusieurs références de projecteurs Claypaky contrôlés par une grandMA2 full size. « Cette scène devait accueillir, le vendredi et le samedi, deux spectacles de genre très différent et la conception lumière devait s’adapter à ces deux configurations. Nous avions donc besoin d’un équipement très polyvalent », explique-t-il.

Jiménez a utilisé huit projecteurs B-Eye K10. « Le K10 pouvait fonctionner en mode Wash comme un simple lampadaire de rue pendant la journée et projeter des effets plus agressifs pour les sessions Techno.
Nous avions également 14 Sharpy Plus en mode Beam. C’est un appareil assez léger avec un faisceau bien défini, un mélange de couleurs CMY et une luminosité exceptionnelle », déclare-t-il. Ce nouveau projecteur Claypaky bénéficie déjà d’une bonne réputation dans de nombreux festivals et grands événements en Espagne.
Enfin, il a ajouté 12 Mythos 2, « Un produit avec un zoom très large qui nous a donné beaucoup de plaisir avec sa grande variété de gobos et la bonne définition de son faisceau. »

Plus d’infos sur le site Dimatec et sur le site Claypaky

Pangea d’Arcadia au festival de Glastonbury. Un régal pour les sens avec L-Acoustics

Le collectif Arcadia étonne une fois encore à Glastonbury avec Pangea. Effets pyrotechniques, projections et son circulaire pour 60 000 personnes rassemblées autour d’une grue centrale hébergeant les DJ, le tout baigné de son grâce à la Série K de L-Acoustics.

La seconde vie d’une grue portuaire décommissionnée et transformée par le talent d’Arcadia en une plateforme créative. Copyright : Shotaway

Une lune suspendue en orbite autour de la Terre fournit la toile de fond à un fascinant spectacle de projection lumineuse en 3D. Des effets pyrotechniques et d’énormes boules de feu jaillissent dans le ciel. Sur une plate-forme centrale, des DJ de légende jouent pour une foule de 60 000 personnes rassemblée dans une zone circulaire, baignée de son grâce à un système Série K de L-Acoustics… Voilà Pangea, la nouvelle installation d’Arcadia Spectacular à Glastonbury, et c’est tout simplement fabuleux.

Le concept de spectacle total n’est pas nouveau pour Arcadia, un collectif d’arts du spectacle qui parcourt le monde en s’exprimant à travers la sculpture, l’architecture, le recyclage, la pyrotechnie, l’éclairage, le cirque et la musique dans des espaces de jeu et de danse de grande envergure. Depuis 2007, les créations de la compagnie constituent une attraction majeure à Glastonbury. Quand la décision a été prise de remplacer l’emblématique Araignée qui ornait les champs de Worthy Farm depuis une décennie, l’équipe savait déjà qu’elle travaillerait avec un espace circulaire et que le système L-Acoustics en ferait partie.

Une vue de l’espace circulaire ceinturé par 8 tours de diffusion et éclairage et au centre duquel trône la grue et sa scène placée sous l’immense boule habilement echâssée dans les 4 pieds. Copyright : Lukonic Photography

Dans ses conceptions, Arcadia utilise toujours des matériaux de récupération et le processus de réflexion se laisse guider par ce qu’ils trouvent. Pangea ne fait pas exception à la règle. La découverte d’une grue désaffectée de 140 tonnes et d’une hauteur de 50 mètres sur les quais d’Avonmouth à Bristol a été l’étincelle de cette révolution créative.

« Après avoir fouillé les dépôts de ferraille militaire russe et parcouru toutes sortes d’endroits invraisemblables, nous avons trouvé cet extraordinaire symbole du patrimoine industriel du Somerset juste à nos portes », déclare Cyrus Bozorgmehr, d’Arcadia. « Nous avons été séduits par l’idée de prendre une icône abandonnée du comté et de lui donner une nouvelle vie dans un autre environnement tout aussi emblématique du Somerset. »

L’équipe a trouvé que la grue, en plus d’être une structure extrêmement intéressante en elle-même, pourrait non seulement servir de pièce maîtresse au décor, mais aussi leur donner la possibilité d’aller plus haut que jamais et d’« envahir le ciel ». « Pangea étant une exclusivité de Glastonbury et demeurant à Worthy Farm, cela nous donne la possibilité de travailler sur une plus grande échelle, car nous n’avons pas les soucis de la logistique des tournées. Cela lui donne la possibilité d’évoluer et d’occuper une plus grande partie de l’aréna, et plus de ciel », poursuit Bozorgmehr.

Entre les 4 pieds tubulaires de la grue, une passerelle accueillant deux régies complètes. La vue a de quoi donner le tournis à plus d’un DJ ! Copyright : Shotaway

« Nous voulions que les gens prennent pied dans un autre monde (la Pangée -Pangaea- est un supercontinent préhistorique où chaque pays est unique et où l’avenir n’a pas encore été écrit) et qu’ils soient complètement captivés par une musique qui leur arrive de toutes les directions.

L’expérience « immersive » est l’un des termes qu’on utilise le plus dans l’entertainment, mais c’est bien ce que nous voulions. La construction circulaire qui en résulte signifie que ce que nous tentions de réaliser était aux antipodes de la linéarité d’une scène traditionnelle, où tout le monde a le regard tourné vers l’avant de la salle. »

Le travail sur le projet a débuté environ six mois avant le festival, et l’équipe a présenté plusieurs projets audio. « Dans l’équipe de support de L-Acoustics, nous étions en contact avec Sergey Becker pour obtenir un retour sur l’état d’avancement des conceptions », déclare Dorian Cameron-Marlow, responsable de la production chez Arcadia.
« Nous faisions quelque chose de différent de tout ce qu’on avait réalisé auparavant, donc plus il y avait de gens avec lesquels on pouvait discuter de notre projet et plus on était certains que le résultat final serait bon. »

L’un des plus grands défis auxquels ils ont été confrontés a été de concevoir et de dessiner des crochets de fixation pour accrocher les haut-parleurs autour de la structure afin d’atteindre leur objectif de produire un son surround.
« Le système a été conçu par Matt House, notre concepteur de système en interne, à qui on a communiqué notre vision et qui a ensuite travaillé avec l’équipe pour la concrétiser », ajoute Cameron-Marlow. « Cette conception de système sonore enveloppante est assez novatrice et constitue une évolution constante de quelque chose sur lequel nous travaillons depuis plusieurs années.

Un des 8 points de diffusion circulaire, avec 3 petits compléments en Kara et, non visibles, 4 subs KS28 au pied de chaque structure. Copyright : Martin Reid

« Actuellement, nous utilisons presque exclusivement du matériel L-Acoustics, et nous le trouvons fantastique, particulièrement à chaque fois qu’il s’agit de réaliser quelque chose qui sort de l’ordinaire. C’est l’un des meilleurs systèmes pour surmonter d’éventuelles limitations. Cela nous permet d’obtenir une très bonne qualité sonore et de maintenir une pression optimale tout en ne causant pas de problèmes avec les restrictions de bruit hors du site. De plus, la possibilité de modéliser le système dans Soundvision signifie qu’on peut commencer à voir ce qu’on va obtenir avant même d’installer le système. Cela épargne beaucoup de temps et d’efforts.

Le projet final, installé par Britannia Row Productions, comprenait les systèmes des tours principales composés de huit lignes orientées vers l’intérieur de six K2 et quatre subs KS28, tandis que 20 ARCS II étaient accrochés sur la grue, tournés vers l’extérieur. Huit X12 et huit KS28 fournissaient la couverture sous la grue. Les retours pour les DJ comprenaient quatre enceintes ARCS II et quatre subwoofers SB18, ainsi que quatre monitors X15 HiQ. L’ensemble du système a nécessité le déploiement de 12 LA-RAK II.

La diffusion du public depuis la grue, 4 ensembles de 5 ARCS II, chacun ouvrant au delà de 90°, complétés par des X12 dont on aperçoit un exemplaire et 8 KS28. On voit aussi le retour DJ composé d’une paire de ARCS II sanglés sur autant de SB18. Copyright : Martin Reid

« Nous avons selectionné Britannia Row environ trois mois avant le festival. C’est une société spécialisée et leader de l’industrie du son et c’est ce qui nous y a incités », a déclaré Cameron-Marlow.
« Nous avions une idée claire de ce que nous voulions réaliser, mais Brit Row savait comment le réaliser au mieux et a proposé de bonnes idées et d’excellentes solutions. »

« L’équipe d’Arcadia est incroyablement créative et dynamique, mais elle est a aussi un grand sens pratique », ajoute Marc Soame, de Brit Row. « Au fil des années, ils ont affiné leur approche de l’audio grâce à l’expérience emmagasinée sur ce type de scène et ils ont souhaité maintenir une démarche comparable pour 2019, étant donné que ce modèle a fait ses preuves.

« Pangea a été un bon début pour ce nouveau partenariat avec Arcadia Spectacular. C’était un plaisir de travailler avec l’équipe. Bien sûr, les conseils de L-Acoustics et son soutien continu sont grandement appréciés. Nous sommes ravis de voir comment le projet en cours de Pangea se développe au fur et à mesure que l’équipe créative d’Arcadia en repousse les limites encore plus loin. »

« Nous avons entendu dire que c’était la meilleure sonorisation que nous ayons jamais conçue », dit Bozorgmehr. « Et, d’une manière générale, comme notre expérience avec L-Acoustics nous l’a montré, il s’agit du système le plus souple, qui est capable de transformer en réalité nos projets, tout en étant évolutif et extensible. Cela signifie que, à mesure que nos concepts évolueront au cours des prochaines années, ce système et Brit Row pourront continuer à nous épauler dans notre cheminement. »

D’autres informations sur le site L-Acoustics

High End lance le SolaWash 1000 au Plasa

Le fabricant américain High End Systems présente le SolaWash 1000, tout dernier membre de la série des projecteurs automatiques Sola. A l’instar du profile led SolaFrame 1000, le SolaWash 1000 arrive en deux versions : la Ultra-Bright produisant un flux de 20 000 lumens, et la High CRI avec un IRC supérieur à 90 pour un rendu des couleurs précis.

SolaWash 1000

Le luminaire comprend un système de couteaux à fermeture complète, un système de mélange des couleurs CMY / CTO, une roue de 7 couleurs, un zoom 12°-55°, un iris et deux frost progressifs : medium et heavy. La version Ultra-Bright bénéficie d’un filtre TM-30 pour atteindre un IRC de 85.

Pour Matt Stoner, responsable produit des projecteurs automatiques chez High End :
« Le SolaWash 1000 offre un chouette kit de fonctionnalités à nos utilisateurs. Que vous l’utilisiez pour la face avec son IRC élevé, comme Wash à couteaux ou pour son large faisceau à bord doux, il est conçu pour donner aux éclairagistes une superbe lumière avec une gamme de couleurs intenses et uniformes et un ensemble de fonctionnalités simple à utiliser. »

« Le SolaWash 1000 excelle dans les fondamentaux : des possibilités de mélange des couleurs fantastiques, un rendement optimal et un fonctionnement quasi inaudible », déclare Tania Lesage, responsable de la marque High End Systems. « L’appareil a été conçu en pensant à la facilité d’entretien et il est bien sûr équipé du système de désembuage de la lentille breveté par High End. »

Le SolaWash 1000 sera présenté au Plasa Londres sur le stand ETC/High End, du 15 au 17 septembre.

Plus d’infos sur le Site ETC France

 

Prestige Evénements recherche un(e) chargé(e) d’affaires Evénements

Cet acteur technique de l’événementiel du Var, recrute un(e) chargé(e) d’affaires, garant commercial, technique, administratif et budgétaire de ses projets, possédant une très bonne connaissance des matériels techniques “son, lumière, vidéo, structure.

Cliquez sur l’image de l’annonce ci-dessous pour y accéder :

Par Yvan Péard

Multi Twenty-one, La vision industrielle d’Ayrton à trois ans

Yvan Péard

Deux ans après le rachat d’Ayrton par Golden Sea, premier fabricant mondial de projecteurs asservis pour l’éclairage professionnel, la marque française qui s’est forgé une renommée internationale en innovant avec des luminaires d’effets à LEDs, se distingue aujourd’hui avec des projecteurs asservis classiques, dans la catégorie Premium.

Yvan Péard, designer d’Ayrton, révèle son programme de développement de machines sur trois ans. Le voici ici dévoilé.

Le vent de la modernité

Baptisés par des noms de vents, Merak, Mistral, Ghibli, Khamsin, Bora, les luminaires Ayrton ont souvent une longueur d’avance sur la concurrence, soit en termes de flux, de performances, de compacité ou d’innovations et sortent à un rythme soutenu qui va encore accélérer dans les trois prochaines années.

Depuis l’introduction du Ghibli sur le marché en décembre 2017, il ne s’est passé que 15 mois et six nouveaux luminaires sont venus compléter cette gamme de Spots, Profiles et Wash dont le flux lumineux s’échelonne de 15 000 à 50 000 lumens. Chaque modèle a fait l’objet d’une déclinaison en version « S » plus particulièrement destinée aux applications scéniques ou « TC » pour les applications qui nécessitent une parfaite révélation des couleurs.

Le concept Multi Twenty-one

Dans un marché en constante évolution, aujourd’hui dominé par des entreprises de négoce qui commercialisent des produits OEM re-badgés et sans âme, Ayrton a choisi, depuis sa création en 2001, de ne concevoir et ne développer que des produits 100 % originaux.

« Multi Twenty-one », clin d’œil au pilote de Formule 1 Sebastian Vettel et au concept « Win-at-any-cost », synthétise la vision d’Ayrton sur les trois prochaines années de janvier 2019 à décembre 2021.
Twenty-one est à la fois une référence au nombre de luminaires qui seront lancés pendant cette période et à la date butoir de ce projet, à savoir, décembre 2021.

Multi signifie que les 21 luminaires appartiendront à différentes catégories et qu’aucun d’entre-eux ne viendra remplacer un produit de la gamme actuelle. Pour Ayrton, la pérennité des produits est une valeur essentielle.

Toujours repousser les limites

Le premier objectif du programme « Multi Twenty One » est la réalisation d’une gamme cohérente, avec un design épuré et une rigueur absolue dans le respect des codes où chaque luminaire fait partie d’une famille et peut-être identifié au premier coup d’œil.

Le second objectif de ce programme est de tenir un timing très serré entre le lancement d’un projet et la disponibilité du produit sur le marché. Pour chaque luminaire, Ayrton dispose d’une équipe d’ingénieurs de développement qui assurent le suivi du projet jusqu’à la réalisation des prototypes ainsi qu’un bureau des méthodes, structuré pour passer à l’étape industrielle dans les meilleures conditions et garantir un produit fiable dès le début de sa commercialisation.


Le plus compact possible

Les Diablo, luminaire ultra-compact « de type Profile » de 300 W et Levante, luminaire de nouvelle génération « de type Wash » de 300 W, lancés respectivement en janvier et février 2019 sont les deux premières réalisations de ce plan pluriannuel.


21 bonnes raisons d’être ébloui

Au Prolight+Sound 2019, début avril, Ayrton a lancé deux nouveaux projecteurs Huracán-X et Perseo-S. Huracán-X, « de type Profile » avec ses 1 000 W de leds est un concentré de technologie qui associe une puissance lumineuse exceptionnelle à un équipement en standard hors catégorie. Il en résulte un outil graphique redoutable au service de la création ; le luminaire de tous les superlatifs…


La diversification de la gamme a commencé avec le Perseo-S, premier luminaire compact multifonction d’une toute nouvelle ligne de produits IP65 Ayrton pour une utilisation intensive en extérieur.
Perseo-S, au développement spécifique 100 % Ayrton, est à ce jour le produit étanche le plus compact du marché avec un poids à peine supérieur à celui du Ghibli. Le programme « Multi Twenty-one » proposera d’autres luminaires étanches destinés à répondre à des besoins spécifiques tant du point de vue de la puissance que des fonctionnalités.

Quoi de neuf ?

Au Plasa 2019, mi-septembre, Ayrton lancera le Karif-LT un tout nouveau type de Beam/Spot ultra-compact à 300 W de leds, destiné aux applications longue distance avec le suffixe « LT » (Long Throw). Doté d’une lentille frontale de 168 mm, le système optique propriétaire offrira un rapport de zoom de 15:1 et une plage d’utilisation de 3° à 45°, inédite pour un luminaire à leds.

LED’s go longues distances

Au LDI 2019, c’est le Shamal-LT, qui viendra compléter l’offre destinée aux applications longue distance. Il sera équipé d’une lentille frontale de 225 mm pour assurer un rapport de zoom de 12:1 et une plage d’utilisation de 3° à 36°. Ce tout nouveau luminaire proposera un flux de 50 000 lumens.


Vive la couleur

Le LDI 2019 accueillera aussi Huayra-CS, de type Profile, basé sur la synthèse additive de couleurs à haut rendement. Il offrira un flux record pour ce type de technologie et un tourbillon de couleurs. La synthèse additive pour Ayrton a démarré en 2013 dans le Easycolor, et lui a assuré le succès pendant plus de 15 ans. D’autres luminaires Profile et Wash à synthèse de couleurs sont au programme du Multi 21…


Tu me fais tourner la tête

Dans un passé récent, Ayrton a créé des effets innovants à rotation pan/tilt continue pour le spectacle. Ils ont rencontré un grand succès et de nombreuses distinctions : MagicPanel, MagicBlade, MagicDot, DreamPanel… Dès 2020, le programme Multi 21 proposera un nouveau concept de luminaire pour ce segment de marché spécifique.

Ayrton n’oubliera pas non plus le marché des projecteurs Beam/Wash multilentilles à effets avec le remplacement de sa gamme NandoBeam qui a vu le jour en 2013.

La perfection du faisceau d’une source laser
Au Prolight+Sound 2016, Ayrton a introduit le concept DreamSpot, premier luminaire équipé d’une source laser de 18 000 lumens. Ce prototype a servi de laboratoire au développement d’un luminaire révolutionnaire qui sortira sur le marché courant 2020.

L’aventure continue

Pour son programme Multi 21, Ayrton s’intéresse aussi à d’autres segments du marché et proposera des luminaires spécifiques conçus pour le théâtre et les applications qui nécessitent un silence absolu.

D’autres luminaires innovants sont au programme de Multi 21…