Powersoft X4L au PLS 2019, la grosse brute

Le Powersoft X4L est sorti discrètement alors que c’est une vĂ©ritable Formule 1. Nous avons Ă©tĂ© Ă  la rencontre de Claudio Lastrucci, son concepteur, pour en savoir encore un peu plus sur ce nouvel amplificateur de la sĂ©rie X et ses performances hors du commun.

En quelques mots, le X4L offre sur 4 canaux d’amplification, 4 entrĂ©es analogiques, AES et Dante redondĂ© en option, avec un routing et un processing très complet et intĂ©grĂ© dans ArmonĂ­aPlus. Il peut ĂŞtre alimentĂ© en monophasĂ©, biphasĂ© ou triphasĂ© entre 85 et 460 Volt sans sĂ©lection, en effectuant seul l’Ă©quilibrage par phase et en bĂ©nĂ©ficiant d’un PFC pour aplanir et concentrer le secteur disponible.
Capable de dĂ©livrer en moyenne 200 V par canal et des crĂŞtes Ă  300, il est le compagnon idĂ©al de toutes les enceintes modernes et très capacitives en leur apportant une Ă©nergie utile qu’il sait de plus recycler et rĂ©injecter limitant d’autant sa consommation. Un sacrĂ© « bestione »

SLU : Vous annoncez sur cet ampli des crêtes de 300 V et 140 A, soit entre 50 et 100% de plus que ce qui existe sur le marché. Pourquoi ?

Un beau bébé italien de 21”, le 21SW152 de B&C

Claudio Lastrucci : Les transducteurs qui existent et surtout qui arrivent sur le marchĂ© ont tous un BL très Ă©levĂ© et qui ne cesse d’augmenter.
Pour en tirer tout le potentiel il faut, Ă  rĂ©sistance constante de la bobine, une tension plus Ă©levĂ©e. D’autre part, il faut recycler l’Ă©nergie que le transducteur renvoie Ă  l’amplificateur.

Pour faire une analogie avec les vĂ©hicules Ă©lectriques, au lieu de chauffer des disques lors d’une descente, on utilise le frein moteur en renvoyant un pourcentage significatif de l’Ă©nergie employĂ©e pour monter la cote, dans les batteries. Dans le cas d’un haut parleur de grave, en gĂ©nĂ©rant du son, on Ă©tire un ressort, en fait sa suspension. L’Ă©nergie cinĂ©tique retour peut ĂŞtre en grande partie rĂ©cupĂ©rĂ©e.

La classe D peut ĂŞtre plus ou moins optimisĂ©e pour faire ce travail et si en parallèle le transducteur a un BL très Ă©levĂ©, l’efficacitĂ© de cette rĂ©cupĂ©ration devient importante ce qui a un effet bĂ©nĂ©fique sur l’énergie prĂ©levĂ©e sur le secteur comparĂ© Ă  un ampli qui n’est pas optimisĂ©.

La face arrière du X4L avec la 5è fiche unique en NL8 véhiculant les 4 sorties.

SLU : Tu l’injectes dans tes condensateurs ?

Claudio Lastrucci : Exactement. Au lieu de solliciter l’alimentation, je me sers de cette Ă©nergie routĂ©e dans notre gros stockage et plus le HP est rĂ©actif et de grand diamètre, plus on en rĂ©cupère.

SLU : Le X4L est donc un ampli qui vient compléter la gamme X sans rien remplacer ?

Claudio Lastrucci : Absolument. Le X4 est moins puissant et tient en 1U, le X8 offre 8 canaux et tient en 2U. Le X4L fait partie de la famille X mais est vraiment Ă  part y compris dans la stratĂ©gie de commutation des Ă©tages. Sa capacitĂ© Ă  recycler de l’Ă©nergie et sa puissance qui est le double des deux autres, nous a obligĂ©s Ă  passer le châssis en 2U.

La petite famille X au complet avec, de haut en bas, le X4, le X4L et tout en bas, le X8.

SLU : Tout est différent ?

Claudio Lastrucci : Non, la logique, le DSP, les presets et le mode d’alimentation sur trois phases sont les mĂŞmes, comme le châssis d’ailleurs.

SLU : L’alimentation en tant que tel ?

Claudio Lastrucci : L’alimentation est diffĂ©rente, elle l’est un peu dans les trois modèles (rires). Le X4L est un « bestione » (ce que l’on peut traduire par une grosse brute, brute Ă©paisse, un colosse etc..) car il dĂ©livre 200 Volt RMS.

SLU : Tu insistes sur cette valeur, ça sent la fin du Watt.

Claudio Lastrucci : Il y aurait tant Ă  dire sur les puissances annoncĂ©es, tenues, sur ce qu’un transducteur accepte rĂ©ellement et restitue et le Watt ne signifie plus grand chose, ni cĂ´tĂ© ampli, ni cĂ´tĂ© HP dont en plus l’efficacitĂ© varie en fonction de son Ă©chauffement, de la charge…
Les HP modernes ont besoin d’ĂŞtre secouĂ©s, ces derniers Ă©tant de plus en plus capacitifs. IdĂ©alement il faudrait passer au kVA des deux cĂ´tĂ©s, mais quoi qu’il en soit, le futur passe par des amplis modernes et conçus pour leur charge. MĂŞme notre K20 qui a longtemps Ă©tĂ© le plus puissant chez Powersoft est battu !

Et d’autres informations sur le site Powersoft

Crédits - Texte Ludovic Monchat - Photos Ludovic Monchat et B&C

Laisser un commentaire