Confinement

Souvenirs de quarantaine : Philippe Mathieu

Philippe Mathieu, éclairagiste et scénographe, cuisine, bricole, jardine… Il a même appris à faire du pain depuis l’arrêt de la tournée « La Chica ».

SLU : Quels sont vos secteurs et zones d’activités ?

Philippe Mathieu : Je travaille exclusivement sur des tournées. Je conçois les plans de feux, la scénographie et j’accompagne les artistes sur la route en étant derrière la console.
J’ai, notamment travaillé avec AaRON, Christine and the Queens, AIR, Marina Kaye, LEJ, Juliette Armanet, Clara Luciani, Angèle et Catherine Ringer.

Comment allez-vous, vous et vos proches ? Êtes-vous touchés par le virus Covid-19 ?

Je vais bien, aucun symptôme pour moi, ni pour mon entourage proche et les gens confinés avec moi vont bien aussi. Je croise les doigts et je fais tout pour que cela reste ainsi.

Où êtes-vous ?

Je suis chez moi, avec mon épouse et mes deux enfants de 14 et 18 ans. J’habite une ancienne fermette dans un village de 500 habitants situé dans le Pas-de-Calais (non loin de Bethune). Nous l’avons acheté il y a 14 ans et je la rénove au fil des ans. Je ne suis pas sorti de chez moi depuis le 15 mars mais heureusement j’ai un jardin à disposition !

Quel a été pour votre activité l’impact de cette pandémie avant le confinement ?

J’ai été très « chanceux » car avant le confinement cette pandémie n’a eu aucun impact sur mon activité grâce à un heureux concours de circonstances qui m’a permis de travailler jusqu’au 13 mars inclus, contrairement à bon nombre de mes collègues à l’arrêt dès la fin février. Je venais de finir la tournée d’Angèle par 4 AHA Bercy du 18 au 21 février, évitant de justesse l’interdiction des rassemblements de plus 5 000 personnes intervenue la semaine suivante.
J’enchaînais directement avec la Tournée de « La Chica », une artiste Franco-Venezuelienne en progression et donc dans un format de salle de moins de 1 000 personnes (club de 300/500 personnes). Cette tournée a pu se poursuivre normalement jusqu’à l’interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes qui a eu lieu le 13 mars et même ce jour-là, l’espace Vasarely, à Antony, qui organisait le concert, a décidé de le maintenir en limitant la jauge à 100 personnes. On a donc joué dans une ambiance un peu bizarre, il faut l’avouer. Le cœur n’y était pas. J’ai eu un sacré pincement au cœur quand j’ai éteint la console, en me disant que je n’étais pas près d’y toucher de sitôt.

Et depuis le confinement ?

Depuis le confinement je suis à l’arrêt total !

Quels ont été les principaux projets annulés ?

Pour l’instant c’est donc la tournée de « La Chica » qui est impactée et, c’est vraiment dommage, car pour une artiste dont la carrière est en train de se développer, chaque concert compte. Un festival à Lisbonne devait se dérouler la semaine dernière et il a été annulé. Malheureusement ça aurait pu lui apporter de nouvelles perspectives à l’international… Le reste de la tournée française a lui aussi été annulé, sans trop de perspectives de report.

Quels sont les projets reportés, et à quelle échéance ?

Je devais reprendre la tournée avec Catherine Ringer pour une résidence à partir de début avril mais cela n’aura évidemment pas lieu. Certaines dates seront reportées, mais rien n’a été officialisé donc je ne peux pas donner de détails. Pour Angèle la résidence pour les festivals est en juin et pour l’instant je n’ai eu vent d’aucun report.

Quel est l’impact économique pour vous ou votre société, cela risque-t-il d’impacter votre avenir de façon permanente ?

C’est difficile à dire. Comme je travaille sur de gros projets mais aussi pour des artistes en développement, les situations sont variées. D’une manière générale, ce qui est certain, c’est que pour l’instant le secteur de la tournée vit un séisme important, avec des productions de tournées qui vont être mises dans des situations financières très difficiles. Je pense notamment aux petites structures. Les reports de dates ne sont pas toujours possibles et même en cas de report, les pertes financières fragilisent tout le monde (producteurs, artistes, techniciens, salles de spectacles, etc.).

Dans mon cas personnel, pour l’instant les dégâts sont limités, mais la véritable inquiétude et la grosse incertitude est la tenue ou non des festivals en juin, juillet et août. Si on devait avoir des annulations en masse, le séisme se transformerait en Tsunami et il y aurait peu de survivants. Il y a beaucoup de tournées qui équilibrent leurs comptes avec ces festivals où les cachets sont plus importants que pour des dates de club ou SMAC.
En ce qui me concerne aussi, il sera difficile de tenir sans car j’ai 4 tournées sur la route : Angèle joue pour 14 dates en festivals, Catherine Ringer pas loin de 30 dates, La Chica et L.E.J. Si ça devait s’arrêter ça serait une réelle catastrophe. Sans compter que nombre de festivals ne survivraient pas non plus à une année blanche en termes de trésorerie. Ca pourrait donc avoir un retentissement aussi sur la saison 2021. Je pense ne pas être le seul à croiser les doigts pour que la situation s’arrange d’ici là.

Quelles sont vos activités personnelles durant ce confinement ?

J’ai d’abord rattrapé le retard de sommeil que j’avais accumulé 🙂
Ensuite je cuisine pas mal pour toute ma famille, je bricole, je jardine et j’ai même appris à faire du pain. J’ai aussi passé quelques heures sur des jeux vidéo. Une activité que je n’avais pas eue depuis longtemps. Enfin, avec ma famille, un rituel de confinement s’est instauré et tous les jours, à 18 heures, on fait un jeu de société.

Comment occupez-vous votre temps professionnel ?

Etant à l’arrêt professionnellement, je n’ai le courage de rien.
J’ai vaguement tenté d’ouvrir Wysiwyg mais je me suis arrêté après avoir mis le dongle dans l’ordi. C’est difficile de se mettre à travailler sur des projets sans savoir s’ils vont voir le jour. Mais je vais quand même m’y remettre cette semaine, j’ai quelques fiches techniques à peaufiner pour certains festivals ainsi qu’un nouveau projet pour la rentrée à préparer.

Quelle est la première chose que vous allez faire en sortant du confinement ?

Voir mes parents et mes frères, qui sont confinés chacun de leur côté en région Lilloise.


Nous ajouterons chaque jour les souvenirs qui nous parviendront via le questionnaire à télécharger ici.
Et nous l’envoyer avec un selfie au format paysage sur l’adresse mail  redaction@soundlightup.com

 

Laisser un commentaire